Affaire Maëlys : "pas en état" de répondre aux juges, Nordahl Lelandais garde le silence

Affaire Maëlys : "pas en état" de répondre aux juges, Nordahl Lelandais garde le silence
Un avis de recherche de la petite Maëlys après sa disparition lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin.

Orange avec AFP, publié le jeudi 22 février 2018 à 17h17

Cette audition était très attendue dans l'affaire Maëlys : Nordahl Lelandais a pourtant gardé le silence ce jeudi 22 février face aux juges d'instruction de Grenoble, d'après une information de nos confrères de France Bleu Isère.

Son audition n'aura même pas duré une demi-heure.

Le principal suspect dans l'affaire Maëlys est arrivé au Palais de Justice de Grenoble vers 10 heures. Cet interrogatoire devait contribuer à déterminer les circonstances de la mort de Maëlys à Pont-de-Beauvoisin en Isère dans la nuit du 26 au 27 août dernier. Mais l'ex-militaire n'a pas dit un mot du déroulé des événements face aux juges. Selon France Bleu Isère, Nordahl Lelandais a affirmé aux juges que son traitement médical lourd le mettait dans un état qui ne lui permettait pas de répondre à leur questions. Il a ensuite demandé un peu de temps, en assurant qu'il passerait aux aveux.



Crises d'angoisse et problèmes de sommeil
L'audition a donc été écourtée. Il a ensuite été raccompagné sous escorte dans l'établissement spécialisé de Bron, à côté de Lyon, dans laquelle il est hospitalisé depuis la semaine dernière. Toujours selon France Bleu Isère, Nordahl Lelandais a été vu par six experts psychiatres. Le suspect se dit victime de crises d'angoisse et de problèmes de sommeil.

Le silence du suspect laisse de nombreuses questions en suspens sur les circonstances de la mort de Maëlys. Les juges voulaient entendre son témoignage avant de recevoir le rapport d'autopsie pratiquée sur le corps de la fillette, retrouvé mercredi 14 février dans le massif de la Chartreuse. Nordahl Lelandais a reconnu avoir tué "involontairement" la fillette de neuf ans au cours d'une soirée de mariage.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU