Affaire Maëlys : la voiture du suspect flashée le soir de la disparition

Affaire Maëlys : la voiture du suspect flashée le soir de la disparition©Gendarmerie

6Medias, publié le vendredi 22 septembre 2017 à 18h59

L'affaire Maëlys rebondit. Selon les informations du Dauphiné libéré, la voiture du suspect aurait été flashée par un radar automatique au cours de la nuit de la disparition de la petite fille.

L'image est désormais analysée par des spécialistes, qui vont tenter d'établir si la petite fille était à bord du véhicule ou non. Il pourrait s'agir d'un élément clé dans l'enquête, qui piétine depuis quelques jours.

Par ailleurs, le profil du principal suspect dans la disparition de la petite Maëlys se précise. Selon le Dauphiné libéré et France 3 Auvergne-Rhône-Alpes-Isère, l'homme serait violent et terroriserait ses anciennes compagnes.

Les enquêteurs grenoblois ont recueilli leurs témoignages, et ils sont glaçants. Elles décrivent l'homme comme "manipulateur", "menteur" et même "violent". Toutes ses anciennes compagnes décrivent un homme au comportement violent au moment des ruptures. "Elles racontent toutes la même chose : il les traquait, les harcelait, les suivant en voiture pour tenter de les percuter".

Une des jeunes femmes raconte même que l'homme l'aurait emmené dans les bois pour qu'ils aient une "explication". "J'ai cru vivre ma dernière heure", a-t-elle déclaré aux enquêteurs.



D'autre part, si l'enquête avance sur le profil de l'homme, elle a été mise en péril par l'incendie criminel qui a touché la gendarmerie de Grenoble jeudi tôt dans la matinée. Des scellés de l'enquête ont été brûlés, a confirmé le procureur de la République de Grenoble.

"Ces scellés étaient tout à fait secondaires et ne présentaient pas d'intérêt majeur. (...) Les éléments du dossier Maëlys ne sont pas là, heureusement d'ailleurs, notamment le véhicule qui serait mis en cause. Tous les scellés importants sont envoyés dans les labos", a-t-il toutefois rassuré. "Aucune affaire d'importance n'est concernée par les destructions".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU