Affaire Kulik : Willy Bardon en "état stabilisé" après sa tentative de suicide à l'énoncé du verdict

Affaire Kulik : Willy Bardon en "état stabilisé" après sa tentative de suicide à l'énoncé du verdict
Stephane Daquo et Marc Bailly, avocats de Willy Bardon

, publié le samedi 07 décembre 2019 à 10h30

Condamné à 30 ans de réclusion criminelle par la Cour d'assises de la Somme, l'accusé a ingurgité un "produit pesticide" quelques secondes après le verdict des juges.
 

Hospitalisé après avoir tenté de mettre fin à ses jours vendredi 6 décembre, Willy Bardon est "toujours en réanimation" mais son état "a été stabilisé", a annoncé le procureur d'Amiens ce samedi. "L'état de Willy Bardon a été stabilisé par les médecins au cours de la nuit" mais "son pronostic vital reste engagé", a déclaré le procureur Alexandre de Bosschère.

"D'après les proches contactés cette nuit et d'après les analyses réalisées, il a absorbé un produit pesticide", a t-il ajouté.


"Une enquête a été ouverte par le parquet d'Amiens pour déterminer les circonstances des faits", a-t-il poursuivi, jugeant qu'il serait possible d'en "savoir davantage sur les perspectives d'évolution de son état de santé en milieu d'après-midi". Willy Bardon reste "sous escorte policière constante au centre hospitalier", a-t-il encore dit. Une source proche du dossier a par ailleurs indiqué être "relativement optimiste" : "On devrait savoir en fin de journée si M. Bardon est tiré d'affaire", a t-elle laissé savoir.

Le geste était vraisemblablement prémédité

Dans la soirée de vendredi, quelques secondes après l'énoncé du verdict par la présidente de la cour d'assises à Amiens, Willy Bardon avait ingéré "quelque chose", selon son avocat Me Stéphane Daquo, ressemblant à un cachet, puis le contenu d'une bouteille d'eau. "On ne sait pas comment il a pu cacher ça" alors qu'il avait "été fouillé", avait alors déclaré le procureur, indiquant que Willy Bardon avait confié à un "proche" qu'il "attenterait à ses jours s'il était condamné".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.