Affaire Jubillar : les avocats du mari suspect sèment le doute

Affaire Jubillar : les avocats du mari suspect sèment le doute ©Coup d'appel de Toulouse, capture Google Street View

publié le mardi 06 juillet 2021 à 19h13

Comme le révèle BFMTV ce mardi 6 juillet, les avocats de Cédric Jubillar ont indiqué lors de l'audience visant une remise en liberté de leur client qu'un homme se serait accusé du meurtre de l'infirmière disparue.      

C'est un élément de l'enquête qui pourrait s'avérer déterminant dans l'affaire Jubillar.

Selon les informations de BFMTV, les avocats de Cédric Jubillar, mis en examen dans l'enquête sur la disparition de sa femme Delphine, ont indiqué lors de l'audience du 6 juillet, qui visait à obtenir la remise en liberté de leur client, qu'un homme se serait accusé du meurtre de l'infirmière. Et ce, lors de deux auditions devant les enquêteurs. "Elle ne voulait pas quitter ses enfants, je l'ai frappée. Je l'ai tuée", aurait écrit cet homme à sa compagne. Me Jean-Baptiste Alary, conseil de Cédric Jubillar depuis le début de l'affaire, a déploré lors de l'audience que ce témoignage en soit resté là et que les enquêteurs n'aient pas décidé d'explorer davantage cette piste. Dans un entretien auprès de La Dépêche du Midi, Me Alary est revenu sur cette piste, "celle d'un homme qui avoue devant sa compagne être l'auteur du meurtre et de la disparition" de l'infirmière. "Cet homme a été auditionné rapidement à deux reprises, sans aller plus loin", a-t-il regretté. "Que l'on me comprenne bien, je n'accuse personne. Je dis simplement que d'autres éléments, d'autres pistes étaient là, et que l'on ne s'y est pas intéressé", a-t-il par ailleurs estimé.


La décision sur la demande de remise en liberté attendue jeudi

L'avocat a également indiqué "qu'il fallait prendre de la hauteur" dans cette affaire. Devant la chambre d'instruction de la cour d'appel de Toulouse, les conseils de l'époux de l'infirmière ont tenté de montrer que leur client est victime d'une erreur tout en dénonçant des méthodes "scandaleuses", notamment au moment de la garde à vue. Mais certains membres de la famille de Cédric Jubillar doutent également. C'est le cas de sa mère Nadine. Lors de son face-à-face avec les enquêteurs, lors de sa propre garde à vue, elle aurait ainsi reconnu douter de la version livrée par son fils. Et lorsque les enquêteurs lui ont demandé s'il était possible qu'il soit impliqué dans la disparition de Delphine Jubillar, compte-tenu des éléments de l'investigation, la mère du suspect aurait répondu, en larmes : "Oui, je le pense".

Parmi les autres pistes soulevées par la défense de Cédric Jubillar, celle d'une femme aperçue par un témoin en train de marcher au bord de la route à 6 heures, le mercredi 16 décembre 2020, jour de la disparition de l'infirmière, dans un rayon de 10 km de Cagnac-les-Mines, lieu de la maison familiale des Jubillar. Ou bien encore la présence d'une voiture dans la nuit du 15 au 16 décembre, garée sur un petit chemin, non loin de Cagnac-Les-Mines, tous feux allumés. Pour rappel, le mari de Delphine Jubillar est mis en examen depuis le 23 juin dernier pour "homicide volontaire par conjoint". Mardi 6 juillet, ses avocats ont tenté d'obtenir sa libération sous contrôle judiciaire. La décision sera rendue jeudi, en fin de matinée, indique BFMTV.   
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.