Affaire Grégory : "Vous n'y étiez pas, mais moi j'y étais", lance le cousin de Murielle Bolle

Affaire Grégory : "Vous n'y étiez pas, mais moi j'y étais", lance le cousin de Murielle Bolle

La voiture de Murielle Bolle lors de son arrivée à la Cour d'appel de Dijon (Côte-d'Or), le vendredi 28 juillet 2017.

Orange avec AFP, publié le samedi 29 juillet 2017 à 11h50

La confrontation entre Murielle Bolle et l'un de ses cousins n'a débouché sur rien vendredi. Dans une interview accordée à BFM TV, ce dernier assure que l'incarcération de sa cousine "ne tient pas à (son) seul témoignage".

Accusé de faux témoignage, il regrette l'absence de dialogue lors de cette rencontre et accuse l'un des avocats de sa cousine d'"imbécile".

Le face-à-face entre les des deux cousins, organisé le vendredi 28 juillet à Dijon, tournait autour d'une question centrale : celle qui avait 15 ans en 1984 a-t-elle subi "un lynchage" infligé par sa famille le soir du 5 novembre, entraînant la rétractation de son témoignage incriminant son beau-frère Bernard Laroche ? C'est ce qu'a continué d'affirmer vendredi son cousin, contrant les dénégations de Murielle Bolle.

Chacun est resté "sur ses positions", a résumé le procureur général Jean-Jacques Bosc, ajoutant toutefois que le témoignage du cousin lui paraissait "crédible par rapport à d'autres éléments du dossier". "Ce n'est pas une affaire qui se réglera du jour au lendemain, c'est une affaire complexe", a-t-il ajouté. "Les gendarmes poursuivent les investigations" et "d'autres auditions vont avoir lieu".

"VOUS N'AVEZ PAS LE MONOPOLE DE LA VÉRITÉ"

"J'ai répondu aux questions, du mieux que j'ai pu et comme je pouvais avec ma vérité, celle qui est la mienne depuis le départ", a expliqué ce cousin aujourd'hui âgé de 54 ans à BFM TV. "Elle répondait par 'je ne me souviens pas', 'je ne sais pas', 'je ne me souviens plus', 'c'est un menteur', voilà les réponses que j'ai eu pendant tout le débat".


Que répond-il aux accusations de mythomanie lancées par l'un des avocats de la défense ? "J'ai refusé de répondre à cet avocat dans la mesure où il me traite à chaque fois de mythomane, il m'insulte je lui demande de ne pas le refaire et il recommence après", explique le cousin de Murielle Bolle. "Je vous réponds : pour moi c'est un imbécile (...), c'est quelqu'un qui n'est pas intelligent". "Les gendarmes m'entendront sur ces questions ultérieurement mais en aucun cas je ne parlerai à ce monsieur. Je lui ai dis : vous n'avez pas le monopole de la vérité. Vous, vous n'y étais pas, moi j'y étais".

"J'émets quelques éléments importants", a-t-il jugé. "L'avocat m'a reproché de ne pas me souvenir du chien de Murielle. Excusez moi, moi je me souviens d'un cousin ou d'une cousine mais pas forcément d'un chien. Elle, elle arrive à ne pas se souvenir d'un cousin alors que j'étais régulièrement là-bas. Elle se rappelle de mes sœurs, mais pas de moi. Qui se fout de l'autre ?" Lors de leur arrivée à la confrontation, Murielle Bolle avait affirmé ne pas reconnaître son cousin. "Je me suis quand même souvenu de tous ses surnoms, de tous les plans de la maison. J'ai placé les gens où ils étaient (cette nuit là, ndlr). Je ne peux pas faire mieux pour prouver ma bonne foi", a-t-il ajouté.


"Les deux discours ne concordent pas. Donc, de ce côté-là, on n'a pas beaucoup avancé", a reconnu l'un des deux avocats de Murielle Bolle, Me Jean-Paul Teissonnière. Mais, au cours de la confrontation, "il est apparu qu'aucune violence n'a pu intervenir" avant la rétraction de sa cliente en 1984, a-t-il affirmé. "Au-delà de la question de la bonne foi ou de sa mauvaise foi (...), il y a des contradiction dans les dates" dans le discours du cousin de Murielle Bolle, a ajouté Jean-Paul Teissonnière.

En 1984, les premières déclarations de l'adolescente n'avaient pas convaincu et elle avait fini par dire aux gendarmes qu'elle se trouvait dans la voiture de son beau-frère, passé prendre le petit Grégory Villemin le 16 octobre 1984, jour de sa mort, avant de le déposer, pensait-elle, chez des amis des parents de l'enfant. Le 5 novembre 1984, Murielle Bolle avait répété ces déclarations devant le juge d'instruction, Jean-Michel Lambert, qui décidait en conséquence d'inculper et écrouer Bernard Laroche. Mais le lendemain, après une nuit en famille, elle était revenue avec sa mère pour se rétracter, disant avoir parlé sous la contrainte des gendarmes.

Si les enquêteurs considéraient déjà que Murielle Bolle avait été "malmenée" par sa famille, le cousin ajoute un détail nouveau : il aurait reçu ce soir-là les confidences de sa cousine, lui avouant avoir bel et bien assisté à l'enlèvement et que Bernard Laroche aurait remis l'enfant à deux personnes. "On a l'impression que c'est un recyclage d'informations tirées des médias", a asséné vendredi un autre avocat de Murielle Bolle Me Christophe Ballorin, rappelant que le témoignage du cousin était arrivé après l'interpellation à la mi-juin de Marcel et Jacqueline Jacob, grand-oncle et grand-tante de Grégory, mis en examen pour enlèvement et séquestration suivis de mort.

"On est parole contre parole", a rétorqué Me Jean-Christophe Tymoczko, qui représente le cousin, ajoutant que son client avait "réitéré l'ensemble de ses déclarations" et apporté "quelques détails qu'il n'avait pas donnés jusqu'à maintenant". Murielle Bolle, 48 ans, a été mise en examen fin juin pour enlèvement suivi de mort et placée en détention provisoire.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
192 commentaires - Affaire Grégory : "Vous n'y étiez pas, mais moi j'y étais", lance le cousin de Murielle Bolle
  • Je ne suis pas juge et je n'en sais pas plus que ce qu'on entend et lit, mais depuis le début et surtout lors de l'enterrement de ce pauvre petit malheureux, j'ai toujours eu un certain malaise en regardant
    L'enterrement et en voyant cette mère qui suivait les yeux secs, bien droite ne semblant en aucun cas éplorée ni détruite, cela m'avait choqué à l'époque et depuis ce jour j'ai toujours eu un énorme doute sur elle . Une mère qui vient de perdre son enfant dans des conditions aussi inhumaines serait détruite, pas elle, elle et son mari ont quitté la région ont refait leur vie tranquillement et ont eu d'autre enfants.
    Pourquoi l'avoir fait incinerer si longtemps après si on n'a rien à se reprocher? Curieux non? Lorsqu'on la voit encore aujourd'hui elle a l'air froide er insensible. Bref mon doute ne s'en ira pas

  • j'espère que l'on finira par faire avouer murielle bolle !

  • La these de l'avoir amene chez des gens se tient; Marcel Jacob, frere de la mère de jM, haïssait ce dernier, par jalousie sans doute, etant passé "chef"!! Il semble que JM n'etait pas "tres aimé", mais de là, à lui tuer son gosse, il y a une marge.
    Il y a également une autre explication, et je risque de faire hurler dans les chaumieres.....
    plusieurs comportements paraissent un brin suspects, comme l'histoire d'avoir laisser le gamin tout seul à l'exterieur, etc...
    Les cordellettes sur le cadavre, on a retrouvé les mêmes chez les Villemin, hasard???
    et si le gamin n'etait pas le fils de JM, mais de Laroche, qu'en sait-on?? rien
    Et à tous les deux ils auraient organisé cet effroyable drame... Les lettres du corbeau?? la mère... tout s'est bien imbriqué, par la faute du jeune juge incompetent, qui se faisait aider par une voyante...!!!!
    Il paraitrait qu'au tout debut le comportement des parents n'etait pas tres net?!!!
    Toujours est-il que JM a tué d'un coup de carabine son cousin Laroche, et pour parachever le tout, on fait incinerer le corps de Gregory. Dont on ne saura JAMAIS si c'est vrai, plus d'ADN du gosse...
    Pourquoi la mere de JM n'a voulu rien dire au proces de son fils JM?? Pour sans doute proteger son fils qui etait amoureux de sa femme....

    Si cette hypothese est la realité, il vaut mieux refermer ce dossier; Maintenant, ils ont eut 3 autres gosses, ils sont surement heureux, et quelque part, n'est ce pas là, le principal.
    Point final en ce qui me concerne, et j'espere aussi pour la justice. pas la peine d'aller créer, on sait jamais, de nouveaux drames.

  • Si on admet que muriel avait dit la verité, c.à d. que son beauf l'aurait porté ce soir là, pour aller accomplir le rapt du petit gosse, et l'a ensuite amené chez des gens..!! Pas tres credible! pourquoi aller s'encombrer de muriel qui n'avait pas l'air tres futée, sauf peut-être pour que le gosse la suive sans crier??? A part ça, c'etait plutôt un handicap, vu qu'elle aurait pu parler...
    Soit disant le gosse etait chez une nounou? qui est alle le chercher et à quelle heure, à moins que ce ne soit que des racontards!!! Bref, sa mère le laisse s'amuser tout seul dehors..... et elle, elle repassait à l'interieur avec les volets fermés alors qu'ils avaient reçu des lettres de menaces.... On ne peut croire une telle faribole, ou alors elle etait complice pour l'enlevement de son propre gosse. Il ne peut en être autrement si ces faits sont vrais?? Ont-ils ete verifiés lors de l'enquête ???? Car si c'est vrai, desolé mais la mère est au centre du scandale.
    les gendarmes avait decouvert la signature du responsable (foulon), non pris en compte par le juge Lambert....!!! Ce pauvre homme avait ete un tres mauvais eleve et avait ete nommé à Epinal ou il ne se passait jamais rien....Il s'est passé quelque chose, et la hierarchie de Lambert n'a pas bougé le petit doigt, c'est là que se situe le scandale...

  • C'est le fiasco -programmé- de notre justice! Comment peut-on laisser continuer à bl'epoque les errements d'un jeune juge, totalement depassé et qui faisait les gourdes les unes sur les autres... Que faisait sa hierarchie??? C'est elle la fautive de ce fiasco; C'est tout.
    Et c'est pas maintenant qu'on va pouvoir rassembler quoi que ce soit comme preuves, s'il y en avait, elles ont ete détruites. ça donne l'impression de "gesticulations"
    On ne peut qu'interroger -cuisiner- la femme de Laroche, Marie-Ange, peut etre la confronter à sa sœur, mais ça ne donnera rien.
    Il y a également la mere de Jean-Marie qui elle a l'air d'en savoir un rayon. Elle n'a rien voulu dire lors du proces de son fils jugé pour le meurtre de son cousin B.Laroche. Pourtant son fils l'aurait implorer... rien, sauf qu'elle ne porte pas dans son cœur sa belle fille, la mere du petit gregory. si elle n'a pas voulu parler, c'est quand même bizarre. Je pense qu'elle a voulu proteger son fils, contre peut etre sa femme... J'ai un doute terrible la concernant...
    Mais la mere de JM a 85 ans!!! peut etre qu'avant de tourner la page, elle dira ce qu'elle a sur le cœur.... mais on ne pourra rien prouver!!! et pour cause... le petit gregory a ete incineré en 2000!!! Plus de trace d'ADN...................