Affaire Grégory : le témoignage troublant du cousin de Murielle Bolle

Affaire Grégory : le témoignage troublant du cousin de Murielle Bolle©Panoramic

6Medias, publié le jeudi 27 juillet 2017 à 19h31

Murielle Bolle et son cousin, Patrick, seront confrontés vendredi 28 juillet, devant une juge, pour comparer leurs versions des faits dans l'affaire du petit Grégory. À la veille de cette rencontre, le journal Le Monde a pu accéder aux PV d'audition du cousin de Murielle Bolle, et ce qu'il a dit aux gendarmes est accablant.

Patrick, 54 ans aujourd'hui, 21 à l'époque du drame, a décidé de livrer sa version de l'affaire aux enquêteurs après l'arrestation des époux Jacob, en juin dernier.

Il voulait "soulager" sa conscience et raconter ce qu'il aurait vu le 5 novembre 1984 au soir, le jour Murielle Bolle a accusé Bernard Laroche. Pour lui, sa cousine a été victime de violences et aurait été forcée à se rétracter.

"Lorsque nous sommes arrivés, nous sommes tombés pile-poil sur une scène insoutenable, un lynchage de ma cousine Murielle", raconte Patrick, selon Le Monde. "Elle a pris énormément de gifles par les membres de sa famille, son père Lucien, ma tante Jeanine (...). La personne qui l'a le plus secouée était Marie-Ange [la sœur de Murielle, l'épouse de Bernard Laroche], qui lui criait : 'Tu as envoyé ton beau-frère en prison'".

Le cousin assure également que Murielle Bolle "s'est pris une chaussure dans la figure par son père. Il l'a traitée de 'pute, salope, saleté de rouquine' et l'a envoyée manger dehors". Une fois dehors, Patrick aurait rejoint sa cousine pour lui donner à manger en cachette. Elle lui aurait alors fait des aveux : "Elle m'a dit qu'elle n'avait pas menti, que Bernard avait bien pris le gamin (...). Il a ramené le petit dans la voiture (...), il s'est arrêté, il a pris le gamin, il est sorti de la voiture, il a remis le gamin à deux personnes alors qu'il faisait presque nuit, et il est revenu sans le gosse", témoigne Patrick.

L'homme se souvient également de la présence d'un avocat, qu'il n'a pas su nommer, mais qu'il a reconnu sur des photos présentées par les enquêteurs : il s'agirait de Me Paul Prompt, l'avocat de la famille Laroche. Il raconte que l'avocat se serait enfermé avec la jeune fille dans sa chambre et qu'il avait organisé sa rétractation : "Il a dit qu'il allait organiser une interview pour faire dire à Murielle qu'elle avait menti et qu'elle avait été maltraitée".

Interrogée par les enquêteurs sur le témoignage de son cousin, Murielle Bolle a assuré ne se souvenir ni de lui, ni de la soirée du 5 novembre.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
136 commentaires - Affaire Grégory : le témoignage troublant du cousin de Murielle Bolle
  • Le lendemain et les jours suivants Muriel Bolle devait avoir des hématomes et personne ne l'a vu . Bizarre ?

  • Comment se fait-il que le journal le monde a accès aux pv d'audition du cousin alors qu'il y aune instruction d'ouverte ? Quelque chose ne colle pas !!!!!!!

  • Tout ces faux nouveaux éléments sur cette affaire n'ont eu pour effet que de motiver le geste désespéré d'un juge qui par sa disparition prive les siens de sa présence. La justice ne trouvera jamais l'auteur de ce crime. Pour cet épisode estival les mêmes erreurs que celles antérieures ont été commises. Fermer cette affaire. Combien d'autres sont closes depuis lors de par la prescription ! alors pourquoi pas celle ci.

    Et si vous étiez à la place des parents de gregory , vous ne voudriez pas voir la vérité éclater ???. Les instigateurs de l'affaire ont eu 32 ans de paix !!!!!.... il est grand temps qu'ils avouent !!!.

  • Elle était probablement la maitresse de son beau frère ????

    N'en rajoutez pas svp.

    On a préparé un procès en sorcellerie à Christine Villemin. Elle résulte d'une coalition d'intérêts. Le juge Lambert, qui multiplie les erreurs de procédure, trouve une façon de s'en sortir après s'être enlisé. Les avocats de Laroche veulent à tout prix dédouaner leur client en désignant quelqu'un d'autre. Certains journalistes trouvent le thème plus "vendeur".

  • Le destin de cet enfant est atroce Et on comprend qu'il faille trouver les coupables.On le sait que les fils ne peuvent être tenus coupables des crimes des pères.