Affaire Grégory : le procureur menacé de mort

Affaire Grégory : le procureur menacé de mort©Panoramic

6Medias, publié le mardi 05 décembre 2017 à 17h51

L'enquête sur la mort du petit Grégory Villemin en 1984 a été rouverte au mois de juin. Depuis, Murielle Bolle et les époux Jacob ont été tour à tour entendus par la justice, qui espère en savoir enfin davantage sur les circonstances d'une des affaires judiciaires les plus célèbres de l'histoire française.

Le suicide en juillet dernier du Juge Jean-Michel Lambert, premier juge d'instruction de l'affaire, avait marqué ceux qui suivent de près cette énigme qui ne semble pas vouloir trouver de solution. Si les lettres anonymes envoyées aux autorités policières et judiciaires ont été particulièrement nombreuses en 33 ans, France Inter révèle qu'un courrier de menaces a été envoyé directement à Jean-Jacques Bosc, procureur général de Dijon.

Reçue le 11 août dernier par le parquet général, la lettre a été écrite à la règle et s'avère particulièrement violente. "ON PAIE A RIEN FAIRE DES GENS COME TOI. TU PREND LA MEME DIRECTION QUE LE PTI JUGE LAMBERT. YA UN SAC QUI T ATTEND. TU SAURAS JAMAIS POUR LE PETIT", écrit le corbeau, avant de conseiller au procureur de porter son attention sur le rôle joué par un journaliste. "JUSTICE EST FAITE POUR LAMBERT ET LES AUTRES. GENDARMES ET FLICKS A VOIR", poursuit l'auteur anonyme. S'il est impossible de pouvoir savoir d'où a été envoyé le courrier, une série d'analyses ont été menées. Elles révèlent que des traces d'un profil ADN masculin ont été retrouvées sur le papier, ainsi que d'autres traces d'ADN mélangées provenant d'hommes et de femmes. Aucune correspondance n'a pu être établie entre ces prélèvements et l'ADN des personnes connues impliquées dans l'affaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.