Affaire Grégory : la lettre testament du juge Lambert publiée dans L'Est Républicain

Affaire Grégory : la lettre testament du juge Lambert publiée dans L'Est Républicain
L'ancien juge en charge de l'affaire Grégory, Jean-Michel Lambert, le 1er septembre 2014 au Mans.

Orange avec AFP, publié le mercredi 19 juillet 2017 à 18h58

Dans une lettre envoyée à L'Est Républicain avant son suicide, le juge Jean-Michel Lambert dénonce le dernier "rebondissement infâme" dans l'affaire du petit Grégory. "Je proclame une dernière fois que Bernard Laroche est innocent", écrit-il également.

"J'ai décidé de me donner la mort car je sais que je n'aurai plus la force désormais de me battre dans la dernière épreuve qui m'attendait", explique-t-il.

"Je préfère sonner la fin de partie pour moi. L'âge étant là, je n'ai plus la force de me battre. J'ai accompli mon Destin". Le quotidien régional précise que le juge a rédigé quatre lettre-testament au total : pour sa femme, sa fille, son éditeur et donc pour le journaliste de L'Est Républicain Christophe Gobin avec qui il avait noué une "relation amicale, nourrie par une passion commune pour les polars et le cinéma".

"MURIELLE BOLLE N'ÉTAIT PAS DANS LE CAR DE RAMASSAGE SCOLAIRE"

"Cet énième rebondissement est infâme", poursuit-il. "Il repose sur une construction intellectuelle fondée en partie sur un logiciel (AnaCrim, ndlr). La machine à broyer s'est mise en marche pour détruire ou abîmer la vie de plusieurs innocents, pour répondre au désir de revanche de quelques esprits blessés dans leur orgueil ou dans l'honneur de leur corps. Certains de mes confrères ont emboîté le pas avec une mauvaise foi abominable". Et d'ajouter : "Pour ne pas perdre la face, on cherchera alors un bouc émissaire. Autant dire qu'il est tout trouvé..."



L'ancien juge, devenu écrivain, assure également que Bernard Laroche est "innocent". "Dès novembre 1984, j'ai pu démontrer que si Murielle Bolle n'était pas dans le car de ramassage scolaire", assure-t-il. "Ce n'était pas le mardi 16 octobre mais le mardi 23 octobre, semaine où elle est rentrée chez elle à cause de la grippe. Les preuves sont au dossier (registre du collège et surtout témoignage du chauffeur de car, Monsieur Galmiche, que j'ai piégé après la remise d'un certificat médical, je crois par la mère de Murielle Bolle, et les auditions d'autres collégiennes qui avaient parfois des repères précis mais qui se sont pourtant trompées d'une semaine)".

Depuis un mois, l'enquête connaît en effet de nouveaux rebondissements. Fin juin, Murielle Bolle a été inculpée d'enlèvement suivi de mort. La grand-tante et le grand-oncle de Grégory, Jacqueline et Marcel Jacob, ont eux été mis en examen pour enlèvement et séquestration suivie de mort.


Jean-Michel Lambert, 65 ans, a été retrouvé mort, un sac plastique sur la tête, le mardi 11 juillet dans son appartement du Mans (Sarthe). Il fut le premier juge chargé de l'enquête sur le meurtre du petit Grégory Villemin (4 ans), retrouvé pieds et poings liés dans la Vologne le 16 octobre 1984. Pour beaucoup, il est considéré comme l'un des responsables du fiasco judiciaire de l'affaire. Son autopsie a confirmé l'hypothèse du suicide. Une information judiciaire en recherche des causes de la mort a été ouverte.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU