Affaire Grégory : "Je l'espérais mais je n'osais pas y croire", réagit Murielle Bolle

Affaire Grégory : "Je l'espérais mais je n'osais pas y croire", réagit Murielle Bolle
"Briser le silence", le livre dans lequel Murielle Bolle donne sa version de l'affaire Grégory (photo d'illustration).

Orange avec AFP, publié le vendredi 16 novembre 2018 à 12h37

Le Conseil constitutionnel a donné raison, vendredi, à ce témoin clé du dossier, en décidant qu'elle n'aurait pas dû être interrogée seule par les gendarmes en 1984, alors qu'elle avait 15 ans. "C'est un miracle", a-t-elle confié au "Parisien".

Le Conseil constitutionnel considère que la garde à vue de Murielle Bolle s'était déroulée dans des conditions non conformes à la Constitution. Ce nouveau rebondissement, 34 ans après la mort du petit garçon de quatre ans, pourrait amener la justice pénale à rayer du dossier toute mention de ces déclarations cruciales.



Placée en garde à vue les 2 et 3 novembre 1984, l'adolescente avait accusé son beau-frère Bernard Laroche d'avoir enlevé Grégory en sa présence, puis répété ses propos devant le juge d'instruction, avant de se rétracter en assurant avoir subi la pression des gendarmes. Bernard Laroche avait été abattu par le père de Grégory en 1985. Aujourd'hui encore, cette volte-face de Murielle Bolle reste au cœur de l'affaire.



"Une première victore", selon ses avocats

"C'est un miracle", a réagi Murielle Bolle auprès du Parisien. "Je l'espérais mais je n'osais pas y croire", confie-t-elle. "Il faut que je réalise et que je retombe sur terre. La première chose que j'ai faite c'est d'appeler mes enfants, ils sont toute ma vie. Sans eux, je n'aurais pas tenu", explique-t-elle au quotidien.



Contactés par l'AFP, ses avocats ont fait part de leur "grande satisfaction". "C'est une première victoire", souligne Me Emmanuel Piwnica. "Une deuxième libération pour elle", selon Me Jean-Paul Teissonnière, pour qui cette décision "rend beaucoup plus difficile la poursuite de l'acharnement et du harcèlement à l'égard de Murielle Bolle".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.