Affaire Fiona : les confidences de Cécile Bourgeon à deux surveillantes de prison

Affaire Fiona : les confidences de Cécile Bourgeon à deux surveillantes de prison

La mère de Fiona, Cécile Bourgeon, en septembre 2016 à Riom (Puy-de-Dôme).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 11 octobre 2017 à 17h30

"Ce qui s'est passé était un accident". Selon France 3 Auvergne-Rhône-Alpes et La Montagne, une surveillante pénitentiaire a rapporté, pour la première fois à la barre ce mercredi 11 octobre, les confidences de la mère de la petite Fiona, Cécile Bourgeon, lors de son incarcération.

L'accusée lui aurait avoué avoir porté "des coups de pieds sur les fesses" de la fillette, disparue en 2013 à l'âge de 5 ans, mais assure que sa mort est "accidentelle"."Pourquoi s'est-elle confiée à vous ?", a demandé le président de la cour d'assises de Haute-Loire. "Elle avait besoin de parler", a simplement répondu la surveillante, assurant n'avoir posé aucune question à la détenue.

Elle confirme avoir rédigé un rapport sur ces confidences, - faites en novembre 2016 - et les avoir transmises à sa hiérarchie. Cécile Bourgeon lui aurait également expliqué avoir mis l'enfant "dans un sac sur les sièges arrière de la voiture" et "avoir roulé vers Aydat (Puy-de-Dôme)" avant de s'arrêter dans "un village dont le nom débute par Cha... (la surveillante ne se rappelle plus du nom...)".

"UNE FORME DE MANIPULATION ?"

"C'était un accident, la mort n'était pas voulue", a confirmé à la barre Cécile Bourgeon, rejetant toute préméditation. Et l'avocat général de s'interroger : "Mais tout ce processus : la mettre dans un sac, prendre la voiture, nettoyer l'appartement, faire croire à une disparition... Ce n'est pas en faire beaucoup pour un simple accident ?" "On a réagi comme ça parce qu'on avait pris beaucoup de drogue, de médicaments", a rétorqué la mère de Fiona. "Alors de quoi est-elle morte ?", poursuit l'avocat général. "Je ne sais pas. Je ne suis pas médecin", a répondu Cécile Bourgeon.



Le 12 mai 2013, Cécile Bourgeon, enceinte de son troisième enfant, avait signalé à la police la disparition de sa fille Fiona (5 ans) dans un parc de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Un mensonge que le couple a maintenu pendant plusieurs mois avant d'avouer sa mort en se rejetant mutuellement la faute. Cécile Bourgeon se serait également confiée quelques jours plus tôt à une autre surveillante de Riom, expliquant que c'est son compagnon de l'époque, Berkane Makhlouf, qui a eu l'initiative d'enterrer le corps de Fiona. Selon elle, il était violent avec Fiona et aurait frappé la fillette le soir du drame.



"Mais comprenez, Mme Bourgeon, que si vous reconnaissez ce que votre surveillante a dit, cela sous-entend que vous reconnaissez que Fiona est décédée suite à 'un accident' dû aux violences de M. Makhlouf", a lancé le président. Une version immédiatement démentie par l'accusé, qui assure n'avoir jamais violenté la petite fille. L'association "Enfance et partage", qui est partie civile, remet également en cause ce scénario : "Peut-on totalement exclure que, sous cette forme de confidence, l'accusée ne procède à une forme de manipulation ?", s'est interrogé l'avocat de l'association, Maître Constantino.



Cécile Bourgeon, et son ex-compagnon, Berkane Makhlouf, clament leur innocence ce lundi 9 octobre depuis le début de leur procès en appel devant les assises de Haute-Loire. Lors de son premier procès, le 26 novembre dernier, Cécile Bourgeon avait été acquittée par la cour d'assises du Puy-de-Dôme, sous les huées de la foule, du chef de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Elle avait été condamnée à cinq ans de prison pour quatre délits, dont ceux de "non assistance à personne en danger" et "dénonciation de crime imaginaire", pour avoir élaboré le scénario de la disparition de l'enfant. Berkane Makhlouf avait, lui, écopé de 20 ans de réclusion criminelle pour l'ensemble des faits.
 
160 commentaires - Affaire Fiona : les confidences de Cécile Bourgeon à deux surveillantes de prison
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]