Affaire Estelle Mouzin : une "course contre la montre" pour retrouver le corps de la fillette d'après son père

Affaire Estelle Mouzin : une "course contre la montre" pour retrouver le corps de la fillette d'après son père
Eric Mouzin, le père d'Estelle, en janvier 2018.

, publié le vendredi 04 septembre 2020 à 08h55

Si la juge d'instruction a "pratiquement la démonstration" de l'implication de Michel Fourniret dans la disparition et l'assassinat de la petite Estelle, le temps presse pour retrouver son corps alors que l'état de santé du tueur en série se dégrade. 

Le 9 janvier 2003, Estelle Mouzin, 9 ans, disparaît alors qu'elle rentre de l'école, dans son village de Seine-et-Marne. En août, l'ex-femme du tueur en série Michel Fourniret, Monique Olivier, a avoué que son ex-mari avait enlevé, violé et tué la fillette.

Parallèlement, l'ADN partiel d'Estelle Mouzin, mêlé à d'autres traces, a été identifié sur un matelas saisi en 2003 dans une maison de Ville-sur-Lumes qui a appartenu à la soeur de Michel Fourniret.



Selon le père de la fillette Eric Mouzin, la juge d'instruction Sabine Kheris "a pratiquement la démonstration de l'implication du couple" formé par Monique Olivier et Michel Fourniret dans la disparition et l'assassinat d'Estelle. "Michel Fourniret formule rarement des aveux de façon explicite et intelligible, c'est toujours des phrases à double négation et compliquées à déchiffrer", a expliqué l'homme vendredi 4 septembre sur franceinfo. Aujourd'hui, s'"il manque bien sûr le corps" de la petite Estelle, "la présence d'ADN et d'autres éléments matériels en cours de vérification devraient permettre de confirmer l'implication du couple". 

Il y a une véritable "course contre la montre pour retrouver le corps d'Estelle", a indiqué Eric Mouzin ajoutant que l'état de santé de Michel Fourniret "se dégrade" et qu'il "peut en jouer (..) pour retarder le moment où il nous emmènera jusqu'au corps éventuellement parce qu'il peut ne pas vouloir le faire". 

Interrogé sur le temps perdu dans cette affaire, le père d'Estelle a expliqué que "beaucoup, c'est un euphémisme", évoquant notamment les enquêteurs belges qui, dès 2004, ont évoqué la piste Fourniret. "Personne ne semble prendre en compte cette information là", a regretté Eric Mouzin. "A plusieurs reprises", Michel Fourniret a donné des pistes "qui n'ont jamais été exploitées", a-t-il poursuivi, parlant notamment du fait que le tueur en série ait demandé à le rencontrer, une demande qui n'est pas faite "juste pour le plaisir d'être dans la lumière" selon lui. 

Le père d'Estelle a d'ailleurs répondu négativement à la demande de l'ogre des Ardennes. A l'époque, "je n'étais pas encore en mesure d'apprécier la perversité et la dangerosité de cet individu qui ne cherche qu'à détruire les gens", a-t-il expliqué au micro de franceinfo. S'il l'avait face à lui aujourd'hui, lui demanderait-il des aveux ? "Je crois que je ne lui dirais rien. Lui parler c'est lui conférer une sorte de pouvoir", a répondu Eric Mouzin. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.