Affaire Benalla: l'enquête sur des violences au jardin des Plantes élargie après une nouvelle vidéo

Chargement en cours
Capture d'écran d'une vidéo de Mediapart sur laquelle semblent apparaître Alexandre Benalla et Vincent Crase, le 1er mai au Jardin des Plantes à Paris
Capture d'écran d'une vidéo de Mediapart sur laquelle semblent apparaître Alexandre Benalla et Vincent Crase, le 1er mai au Jardin des Plantes à Paris
1/2
© AFP, Handout, MEDIAPART

AFP, publié le mardi 31 juillet 2018 à 20h18

L'enquête ouverte lundi concernant des violences commises le 1er mai au jardin des Plantes à Paris a été élargie à d'autres faits présumés, après la diffusion d'une nouvelle vidéo sur laquelle semblent apparaître Alexandre Benalla et Vincent Crase, a annoncé mardi le parquet de Paris.

Ces investigations ont également été confiées à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne.

Dans cette nouvelle vidéo, dévoilée par Franceinfo et Mediapart, deux hommes ressemblant au collaborateur de l'Elysée et au salarié du parti présidentiel LREM apparaissent en train d'interpeller un individu tandis que des CRS sont autour d'eux. Le jardin des Plantes était situé sur le parcours du défilé du 1er mai.

Selon les deux médias, ces images ont été tournées vers 17H00, soit quelques heures avant les heurts de la place de la Contrescarpe, située à quelques centaines de mètres, à l'origine de la plus grave crise politique traversée par le président Emmanuel Macron depuis son élection.

La nouvelle enquête ouverte lundi par le parquet découlait des plaintes de deux jeunes de 23 et 24 ans affirmant avoir été victimes d'une interpellation musclée au jardin des Plantes après avoir croisé Vincent Crase et Alexandre Benalla, présents avec quelques membres des forces de l'ordre en tant qu'"observateurs" de la manifestation.

L'un des deux plaignants, une femme, avait tourné une vidéo, diffusée par Libération vendredi, montrant une scène tendue mais confuse. Tous deux n'ont pu identifier qui les avaient appréhendés et molestés.

L'enquête a été ouverte pour "violences volontaires en réunion par personne dépositaire de l'autorité publique", "atteinte arbitraire à la liberté individuelle", "usurpation de signes réservés à l'autorité publique", "immixtion dans l'exercice d'une fonction publique", "dégradation volontaire d'un bien", en l'espèce d'une vidéo, et "introduction frauduleuse dans un système de traitement de données personnelles".

Dans une interview au Journal du Dimanche, M. Benalla a réfuté toute "intervention" de sa part à ce moment là au jardin des Plantes. "J'étais derrière les policiers en tant qu'observateur, on peut le voir distinctement, je n'ai ni casque, ni brassard, ni radio", a-t-il affirmé.

Pour la séquence désormais célèbre de la place de la Contrescarpe, une instruction a été ouverte. Alexandre Benalla et Vincent Crase sont notamment mis en examen pour "violences en réunion" sur un jeune couple présent lors de heurts entre CRS et manifestants.

M. Benalla avait justifié son intervention à cet endroit, révélée par plusieurs vidéos, par sa volonté d'aider les forces de l'ordre face à ces deux personnes qu'il a décrites comme "hystériques".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU