France

Adolescent tué à Nanterre : le policier placé en garde à vue, de violents affrontements dans la ville

© Poitout Florian/ABACA - De violents affrontements ont éclaté à Nanterre.

Après la mort d’un adolescent de 17 ans, mardi 27 juin à Nanterre, après un refus d’obtempérer, le policier à l’origine du coup fatal a été placé en garde à vue en début de soirée. De violents affrontements ont éclaté dans la soirée.

La tension est montée d'un cran à Nanterre. Mardi 27 juin, quelques heures après le tir du policier qui a tué un adolescent de 17 ans, des heurts ont éclaté dans la ville des Hauts-de-Seine. Incendies de poubelles, voitures en feu, tirs de mortiers… Les forces de l’ordre ont dû faire face à des habitants en colère. D'après le dernier bilan de la préfecture de police, relayé par Le Figaro, 31 personnes ont été interpellées.

Plus tôt dans la journée, un mineur a été tué par un policier après avoir tenté de prendre la fuite lors d'un contrôle routier. Sur une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, on peut voir l’agent, pointant son arme sur le conducteur avant de tirer à bout portant. Le jeune homme s’est alors encastré dans un poteau quelques mètres plus loin. Malgré l'intervention des secours, l'adolescent n'a pas survécu. La famille de la victime a annoncé porter plainte.

D’impressionnants incendies partout en France

Le policier à l’origine du coup fatal porté au jeune homme a été placé en garde à vue pour "homicide volontaire" en début de soirée. Mercredi matin, sa garde à vue a été prolongée. Face à cet acte, plusieurs villes à travers la France ont manifesté leur colère. Des tensions ont éclaté à Marseille, Nantes, Bordeaux ou Roubaix, ainsi qu’en Île-de-France, selon les informations de nos confrères. La mairie de quartier du Val Fourré, à Mantes-la-Jolie dans les Yvelines, a été ravagée par les flammes. À Nanterre, de nombreux incendies ont également ravagé la ville.

L'école élémentaire de Pablo Picasso a été touchée par les flammes, tout comme le centre de loisir des Gavroches où se trouvaient plusieurs dizaines d'animaux qui ont pu être sauvés. Dans le centre-ville, on constate ce matin des poubelles incendiées, des abribus cassés et des voitures vandalisées. Les gendarmes déployés sur place ont été visés par des tirs de mortiers. Ils ont riposté avec des tirs de LBD et du gaz lacrymogène. La préfecture des Hauts-de-Seine a fait état de “mouvements sporadiques”.

publié le 28 juin à 07h45, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux