Act Up-Paris : les dirigeants démissionnent après le succès du film "120 battements par minute"

Act Up-Paris : les dirigeants démissionnent après le succès du film "120 battements par minute"
Depuis sa création, les actions d'Act-Up ont souvent été spectaculaires.

Orange avec AFP, publié le lundi 02 avril 2018 à 07h00

L'équipe dirigeante de l'association Act Up-Paris a annoncé, samedi 31 mars, sa démission après le succès fulgurant du film "120 battements par minute".

Une nouvelle génération de "militants politisés". Voilà la raison donnée par les dirigeants de l'association de lutte contre le sida, Act Up-Paris, qui viennent de démissionner. Dans un communiqué, l'équipe démissionnaire a déploré la "transition brutale" survenue après le succès du film "120 battements par minute", primé aux César.



"Écœurés au point de démissionner"
L'engouement provoqué par le film a engendré "une vague de nouvelles arrivées" avec notamment "de jeunes militants déjà politisés et expérimentés dans d'autres luttes, notamment antiracistes", selon les anciens dirigeants. Ces nouvelles têtes "détournent et exploitent l'outil d'Act-Up, en se servant de son historique, pour mettre en avant d'autres luttes", affirment les deux anciens présidents, Rémy Hamai et Mikaël Zenouda, et l'ancien vice-président Xavier Coeur-Jolly.

Les anciens dirigeants, "écœurés au point de démissionner" par les "insultes" et les "dépréciations gratuites", ont été remplacés lors d'une assemblée générale extraordinaire par une nouvelle équipe élue, "dont deux personnes arrivées depuis trois semaines", ajoute leur communiqué. Les deux nouveaux vice-présidents sont Fabrice Clouzeau et Marc-Antoine Bartoli.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU