Abdeslam se confie dans une lettre écrite à son cousin

Abdeslam se confie dans une lettre écrite à son cousin
Salah Abdeslam est le seul membre encore en vie des commandos jihadistes du 13 novembre 2015.

, publié le vendredi 17 novembre 2017 à 09h06

ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE. L'Express publie des extraits d'une lettre écrite par le suspect-clé des attentats qui ont fait 130 morts écrite à son cousin en juin dernier.

Des écrits qui dévoilent son obsession pour l'islam.

Depuis son arrestation le 18 mars 2016, Salah Abdeslam se mure dans le silence. À tel point, que les autorités craignent pour sa santé mentale. Mercredi 15 novembre, lors de son cinquième interrogatoire depuis sa mise en examen, le seul membre encore en vie des commandos jihadistes du 13 novembre 2015, a de nouveau refusé de répondre aux questions du juge antiterroriste.

Mais si le suspect(clé des attentats qui ont fait 130 morts ne parle pas, en revanche il écrit. Jeudi 16 novembre, L'Express a publié une lettre qu'il avait écrite à l'un de ses cousins de Molenbeek, en Belgique, le 19 juin. Cette dernière va être ajoutée à son dossier judiciaire. En effet, "bien que d'une portée superficielle pour l'enquête, elle met en lumière un homme totalement obsédé par sa vision ultrarigoriste de l'islam" et est ainsi "utile à la manifestation de vérité", écrit l'hebdomadaire.



"ALLAH" CITÉ 17 FOIS

Dans cette lettre de deux pages, à l'écriture fine et à l'orthographe correcte, Salah Abdeslam se réfère sans cesse au jugement divin et y mentionne "Allah" à 17 reprises en 31 lignes. Le Français de 28 ans commence par féliciter son cousin pour son mariage. "J'espère que ce nouveau départ (...) te permettra de délaisser les désobéissances envers Allah et de t'accrocher à ce qu'il nous a ordonné". Il parle également de son rapport serein vis-à-vis de la mort, rappelant que la vie terrestre n'est qu'un "passage dans ce monde", et pose une question énigmatique : "Combien des nôtres ont trépassé?". Se réfère-t-il aux musulmans en général ou aux membres des commandos du 13 novembre 2015 ? Impossible de le savoir.

"La prière. La prière. La prière!!!", conclut-il. Une dernière phrase accompagnée de signalétiques représentant des panneaux dangers, comme si son cousin devait absolument s'y soumettre. En post-scriptum, il cite un supposé "hadith (faits et gestes) du prophète" en promettant "l'enfer" à toute personne qui dessine. Il ordonne ainsi à son cousin "d'oublier les dessins", et poursuit :  "J'ai moi-même dans ma précédente lettre fait des dessins. Qu'Allah nous pardonne".

Il s'agit de la deuxième lettre versée au dossier judiciaire. La première était une réponse de Salah Abdeslam à une prétendue admiratrice dans laquelle il affirmait ne pas avoir "honte de ce (qu'il est).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.