Abaisser la vitesse à 110 km/h sur autoroute pourrait coûter près d'un milliard d'euros à l'économie française

Abaisser la vitesse à 110 km/h sur autoroute pourrait coûter près d'un milliard d'euros à l'économie française
(Photo d'illustration)

, publié le jeudi 25 juin 2020 à 14h19

Selon l'économiste Rémy Prud'homme, les Français passeraient 65 millions d'heures en plus dans leur voiture par an si la vitesse était abaissée à 110 km/h sur autoroute, soit l'équivalent du temps de travail annuel de 50.000 travailleurs.

La proposition la semaine dernière de la Convention citoyenne pour le climat d'abaisser la vitesse sur l'autoroute de 130 à 110 km/h polarise déjà l'opinion et a déclenché l'ire des associations d'automobilistes, faisant écho à la grogne déjà déclenchée par les 80km/h sur nationale.




Selon les membres de la Convention, cette mesure permettrait de "réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre en moyenne sur ces transports", d'économiser du carburant et de faire baisser la mortalité et les dommages corporels sur les routes. "En contrepartie, un allongement des temps de trajet est à prévoir : entre quatre et huit minutes par heure", écrivent-ils.

Or, le temps c'est de l'argent. L'économiste Rémy Prud'homme, spécialiste des questions environnementales, s'est attelé à calculer le coût de la perte d'activité qu'entraînerait cette mesure, a rapporté mercredi 24 juin BFMTV. En prenant en compte l'abaissement de la vitesse moyenne, le nombre de personnes concernées, soit 1,7 passager en moyenne par voiture, il estime à 65 millions d'heures perdues par an l'impact de cette mesure. Soit l'équivalent du temps de travail annuel de 50.000 travailleurs. 

Cela représenterait un coût de 936 millions d'euros, bien supérieur aux gains des accidents évités, estimé à 48 millions d'euros par le Commissariat général au développement durable, et aux gains des rejets de CO2 évités, évalués à 4 millions d'euros. "Ce n'est pas nécessairement du PIB de perdu, c'est aussi du loisir dont on ne profite pas", précise l'économiste.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.