À Saint-Denis, des bandes d'ados se livrent une guerre jusque dans les collèges

À Saint-Denis, des bandes d'ados se livrent une guerre jusque dans les collèges©capture BFMTV
A lire aussi

source BFMTV, publié le lundi 20 novembre 2017 à 14h00

Le calvaire des familles et enseignants de Saint Denis. Depuis la rentrée, un phénomène ne cesse de croître dans le quartier d'Allende et Floréal-La Saussaie-La Courtille.



Les adolescents des différentes cités se mènent une guerre quotidienne, jusque dans les établissements scolaires. Les professeurs et parents d'élève demandent plus d'agents de sécurité et de médiation.

 
807 commentaires - À Saint-Denis, des bandes d'ados se livrent une guerre jusque dans les collèges
  • FRANCE pays des droits de l'homme MAIS où l'homme a aussi des devoirs que la justice et surtout le gouvernement doivent faire respecter !!!!

  • avatar
    smiles42  (privé) -

    La "Lèpre soixante-huitarde" ne cesse de progresser et ronger la cohésion Nationale. "Il est Interdit d'Interdire", le leitmotiv de Manif et mot d'ordre des casseurs dont MR COHN BENDIT, s'est instillé peu à peu dans la Société et constitue un Totem que la Gauche perpétue et que la Droite, Tétanisée n'ose pas remettre en question sans parler de l'Europe qui ne voit que par la Doctrine Libérale et les dérégulations!

    il y a fort à parier que ni ses gosses ni leurs parents n'ont connus 68. faut un peu vous remettre à jour.

    C'est vrai que Mai 68 a été un grand fiasco, un épisode très négatif de notre histoire, mais là en ce qui concerne l'article ce seraient plutôt les petits enfants des soixantehuitards.

    avatar
    smiles42  (privé) -

    "Merci Cher internaute "mdrrr" pour ce moment de leçons" mais l'esprit de 68 est dans l'air et "flotte sur la marmite". Il faudra beaucoup d'effort et de lucidité pour s'en défaire de ôter les semelles de plomb!

  • Présidente d'APE...

    J'entends dans les Collèges que de tels faits se produisent...

    Que font les parents de ces élèves ? Où sont les référents ?

    Ca suffit de laisser aux Collèges et donc aux équipes pédagogiques et à l'encadrement de ces Etablissements à devoir se substituer aux familles défaillantes qui ne font plus le rôle d'éducateur...

    il y a maintes critères pour qu'ils en soient, là...

    ils reçoivent des discours de certains et ensuite s'affrontent... C'est également un élément de la délinquance où certains à cet âge sont scolarisés et sont sous la délinquance...

    Ce sont bien plus que des éléments perturbateurs... Et loin de profils d'élèves qui sont présents pour recevoir un bagage avec des acquis à devoir valider...

    Ce sont, pour certains, des élèves qui relèvent du pénal sur des condamnations dont certains font l'objet et doivent être maintenus jusqu'à l'âge légal de la scolarité...

    Certains sont dans la petite délinquance, la drogue déjà.... Entre sous l'enceinte des Collèges et des Lycées...

    Bon, cela trente ans plus tôt, commençait à se percevoir sur les différences de comportements qui faisaient débats au sein des Equipes pédagogiques et des Personnels qui cherchaient à trouver les moyens d'endiguer la violence sous l'enceinte des Etablissements et du non respect envers les équipes pédagogiques où rien n'avançait, car déjà dans une spirale de la petite délinquance...

    Et où les familles étaient informées par lettre Recommandée d'absences réitérées et où personne ne se présentait aux convocations du Principal...
    Cela fut vécu la dernière année où j'étais en fonction, et où nous tentions de trouver des réponses à ces comportements plus que perturbateurs..

    Et, où cette violence se répandait dans l'enceinte des Etablissements scolaires où le Principal au niveau du Collège devait travailler en concertation pour endiguer cette violence et prendre des mesures de la Sécurité à devoir maintenir sous l'enceinte de l'Etablissement et hors Etablissement sur les horaires différents des élèves où à l'extérieur cette violence se faisait sentir déjà...

    Donc, en Conseil d'Administration, nous étions à traiter du sujet avec les représentants dudit Conseil présent et à l'Ordre du Jour était présenté ce point et à en débattre pour endiguer cette violence qui était présente et où il fallait endiguer ces rixes sous la violence et autres comportements loin d'appartenir à des élèves...

    Mais, c'était moins répandu, que de nos jours....

    C'était les prémices d'un bouleversement où, cette violence, envers les enseignants et les élèves s'était, répandue, et où il fallait endiguer au risque de graves conséquences à l'ensemble de l'Etablissement qui n'était pas à devoir assumer ce que des parents refusaient de prendre en compte, pour certains...
    Mais, ce nombre suffisait à déstabiliser l'ensemble des Equipes pédagogiques où certaines assumaient plus que d'autres.... Sur la manière dont ils évoluaient en Cours..

    A ce jour, ce sont des faits réitérés sur un niveau de cette violence qui a pris une évolution telle....
    Que certains établissements sont à devoir prendre des mesures où hier, elles n'existaient pas sous cette forme...

    D'ailleurs, je tiens par la présente... Où les Etablissements sont notés sur un barème où certains Chefs d'Etablissements ont préféré ne pas relater des faits sérieux pour éviter les conséquences envers l'établissement....

    En fin d'Année, il y a des statistiques avec des résultats comme un Classement attribué à des Collèges, Lycées etc....
    Et longtemps, des faits sont restés loin de les dénoncer pour ne pas en prendre les sanctions sur une note moindre, sur des révélations de violence ou autre....

    Cela ne peut plus perdurer...

    C'est au niveau de la hiérarchie qu'il faut prendre des mesures et soutenir le directeur au niveau du Primaire, le Principal au niveau du Secondaire et le Proviseur ou la.. Pour tous les cas cités.... Mais, où les décisions sont prises de ceux qui sont aux décisions des Etablissements à soutenir les responsables et avoir un discours ferme à prendre des mesures sur des faits graves dont les Enseignants et ceux qui y travaillent à l'encadrement.... Doivent être sur plus d'accès à dénoncer des faits sans qu'ils soient pénalisés..

    Donc, STOP... à laisser des faits perduraient sur cette violence qui s'étend et se répand sur des secteurs plus favorisés à ces faits de violence sous l'enceinte des Etablissements de la République...

    Ce sont des adolescents et pas encore des adultes....

    Il faut impliquer les référents dont les parents à prendre des mesures éducatives et répressives qui émanent de leur responsabilité légale...

    Et éviter d'en laisser assumer ces cas à des équipes et Chefs d'Etablissements à devoir en porter la responsabilité et trouver les mesures sans que les parents y soient contraints de répondre à cette délinquance et violence qu'ils doivent endiguer par des mesures éducatives....

    Ces constats en valent d'autres.

  • Ils ont sans doute reçu trop de fessées dans leur enfance. Voila le résultat.

  • Tout le monde connait ces guerrillas .
    Rien ne les combat .
    Aux résidents de subir le laisser-aller et les négligences de leurs parents , intouchables .

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]