A Plaisir, le refuge SPA peine à gérer l'afflux d'animaux abandonnés

Chargement en cours
TomorrowLand, un Shiba Inu âgé de 6 ans, le 13 août 2019 au refuge de la SPA à Gennevilliers
TomorrowLand, un Shiba Inu âgé de 6 ans, le 13 août 2019 au refuge de la SPA à Gennevilliers
3/3
© AFP, Olivier MORIN

AFP, publié le mercredi 14 août 2019 à 16h39

Luna, une chienne croisée Staff, arrive au refuge de Plaisir (Yvelines) avec Lucile qui l'a sauvée de l'enfer. C'est le 111e chien de ce refuge de la SPA, déjà à saturation après six mois d'abandons record en France.

"Nos 57 refuges en France ont trois fois plus d'animaux que leur capacité normale d'accueil. Normalement on est à 2.014 chiens et 1.476 chats et actuellement on est à 3.010 chiens et surtout 4.645 chats", s'inquiète auprès de l'AFP Jean-Charles Fombonne, président de l'association.

Alors que l'été est traditionnellement une période propice aux abandons d'animaux, le patron de la SPA s'attend à des chiffres encore plus importants fin août.

L'histoire de Luna est tristement banale : une séparation. "Luna, confiée à son maître retourné chez ses parents après avoir quitté sa femme, était enfermée dans un petit garage et mangeait très peu. On l'a récupérée en urgence puis amenée ici", raconte Lucile. 

"C'est une crème avec l'homme mais elle est très stressée et peu disciplinée", ajoute la jeune femme qui a déjà réalisé plusieurs sauvetage en tant que famille d'accueil mais cette fois se dit "dépassée".

Marie-Laure Caron, responsable du refuge, rassure Luna qui aboie, lèche ses mains et sautille en quête de caresses.

"Aujourd'hui elle va être identifiée et vue par le vétérinaire car elle a mal aux oreilles. On va lui trouver une place avec un copain gentil et la rééduquer", dit-elle, avant de déplorer "une forte augmentation des abandons depuis janvier, soit 15 % de plus de chiens et 24 % de chats". "Malheureusement depuis le début de l'été, on reçoit des animaux tous les jours!".

- "Ouf ! Elle est pucée" -

Plus de 200 chats, dont de nombreux chatons, en observation dans une nurserie, attendent aussi un nouveau foyer, comme Max, longtemps anorexique depuis son arrivée suite à l'hospitalisation de son maître.

Depuis avril, ce chat noir de 7 ans reprend peu à peu goût à la vie. "On lui a posé une sonde pour le nourrir, il s'alimente seul depuis peu", se félicite Marie-Laure, le caressant longuement. "Il va bientôt pouvoir être adopté".

Dix-huit salariés, dont trois vétérinaires et une centaine de bénévoles veillent aux bons soins de ces laissés pour compte, sortis de la fourrière, abandonnés par leur maître, déposés dans des cartons à la porte du refuge ou encore lâchés sur le parking. 

"Certains acceptent bien l'enfermement car avant ils vivaient dans des conditions terribles. On est là pour les accueillir, les remettre en forme, leur redonner confiance en l'homme mais surtout leur trouver un foyer le plus vite possible", commente-t-elle.

Situé en lisière de forêt, idéal pour les promenades, le refuge offre des espaces de détente avec des petites piscines pour les chiens. Les félins sont répartis par affinités dans de spacieux enclos jonchés de cachettes.

C'est l'heure pour Luna de faire connaissance avec Filou, bâtard de berger allemand. Une course poursuite s'engage sans aucune agressivité dans une air de jeux. "Ça se passe super bien, Luna est sociable", estime Marie-Laure "optimiste" pour une adoption rapide.

Pas de temps mort au refuge. Une femme arrive à l'accueil avec un chaton au poil soyeux retrouvé dans son jardin. "Ouf elle est pucée!", s'exclame Marie-Laure."On va pouvoir retrouver son maître!". Elle appelle l'Icad (centre d'identification des animaux domestiques) puis la maîtresse de la petite Lulu pour l'informer de la bonne nouvelle. Le chat ne dormira pas au refuge. 

Après 18 ans au service de la cause animale, Marie-Laure Caron se raccroche aux belles adoptions et cherche toujours une solution pour les nouveaux arrivants. "On joue à +Tetris+ (jeu vidéo, ndlr), on en met un peu partout, parfois dans les bureaux", avoue-t-elle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.