À Paris, la gare Montparnasse envahie par des grévistes de la SNCF

À Paris, la gare Montparnasse envahie par des grévistes de la SNCF
Environ 500 cheminots ont manifesté dans la gare Montparnasse à Paris, au 6e jour consécutif de grève à la SNCF.

publié le lundi 06 juin 2016 à 16h41

Alors qu'une ultime séance de négociations sur le temps de travail se tenait ce lundi 6 juin sur le temps de travail à la SNCF, des cheminots grévistes sont descendus sur les voies de la gare Montparnasse à Paris, perturbant momentanément la circulation des trains. Le trafic, interrompu une vingtaine de minutes, a désormais repris.

Au sixième jour consécutif de grève à la SNCF, à l'appel de la CGT-cheminots et SUD-rail, un rassemblement s'est tenu près de la gare Montparnasse dans le 14e arrondissement de Paris, également pour peser sur les négociations concernant la réorganisation de leur temps de travail mais aussi demander le retrait du projet de loi Travail.

En marge de ce rassemblement, 500 cheminots, selon SUD-rail, ont ensuite manifesté dans la gare Montparnasse, provoquant une interruption totale du trafic de 13H45 à 14H08. Le blocage a affecté "une dizaine de trains" mais n'a entraîné aucune annulation. La SNCF a dénombré "une vingtaine de personnes sur les voies". Par ailleurs, le courant électrique a été coupé sur les voies, mesure de sécurité systématique dès lors qu'une seule personne y est repérée.

Les manifestants étaient en revanche "plus nombreux dans la gare", où ils ont fait usage de fumigènes, certains arborant des drapeaux des syndicats SUD et CGT. De nombreuses photos et vidéos publiées sur Twitter attestent de l'usage de fumigènes dans les halls et sur les voies de la gare Montparnasse. Les cheminots se sont également rendus aux gares de l'Est et du Nord.




Non loin de la gare Montparnasse, direction et syndicats de la SNCF étaient réunis depuis 9H30 pour une ultime séance de négociation sur le temps de travail dans l'entreprise. Près d'un millier de cheminots ont manifesté devant les locaux du groupe où se tiennent les discussions, la CGT comptant pour sa part "près de 2.000" participants. Les cheminots avaient installé des barbecues et ont pique-niqué dans une ambiance bruyante, au son de musique rock et de l'Internationale, et au milieu des fumigènes, pétards et sirènes. Beaucoup de cheminots portaient des drapeaux CGT et SUD (respectivement première et troisième forces syndicales à la SNCF), mais aussi FO (non représentatif). Des actions similaires ont eu lieu dans d'autres villes de France, notamment à Lyon ou encore à Lille.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.