À Marseille, quatre personnes se défenestrent pour échapper à l'incendie de leur immeuble

À Marseille, quatre personnes se défenestrent pour échapper à l'incendie de leur immeuble
Des pompiers dans le quartie de Noailles, à Marseille, après l'effondrement de plusieurs immeubles, le 6 novembre 2018.
A lire aussi

, publié le dimanche 11 novembre 2018 à 19h00

Un homme de 52 ans s'est jeté du premier étage et une femme de 38 ans et ses deux enfants, une petite fille de 4 ans et un garçon de 11 ans, se sont jetés du deuxième étage pour échapper à l'incendie de leur immeuble du quartier du Panier, à Marseille. Grâce à des matelas jetés au sol, ils n'ont été que légèrement blessés.

Le drame a été évité de peu.

Un incendie s'est déclaré tôt ce dimanche matin 11 novembre dans un immeuble du quartier du Panier, à Marseille, à deux pas du Vieux-Port. La cage d'escalier s'est effondrée en raison du feu, piégeant ainsi les habitants.

Un homme de 52 ans s'est alors jeté du premier étage et une femme de 38 ans et ses deux enfants, une petite fille de 4 ans et un garçon de 11 ans, se sont jetés du deuxième, rapporte France 3.



"Grâce à l'action rapide d'un témoin et de la police, qui ont disposé des matelas au sol pour amortir leur chute, les 4 occupants de l'immeuble qui ont sauté de leur fenêtre n'ont été que légèrement blessés", ont expliqué les marins-pompiers dans un communiqué.

Au cours des reconnaissances, les secours ont pris en charge une 5ème personne intoxiquée par les fumées. Les cinq blessés ont été transportés à l'hôpital.

Le feu, éteint vers 10h, a mobilisé 17 engins et 40 marins-pompiers.

Marseille en deuil

La cité phocéenne est actuellement au cœur de l'actualité, après l'effondrement de plusieurs immeubles su quartier populaire de Noailles qui a fait 8 morts.



Plusieurs milliers de Marseillais ont défilé samedi en hommage aux victimes, exprimant leur "colère noire" à leur arrivée sous les fenêtres de l'hôtel de ville aux cris de "Gaudin assassin! Gaudin démission!"

Vos réactions doivent respecter nos CGU.