À l'approche de Noël, l'inquiétude plane sur le marché du jouet

À l'approche de Noël, l'inquiétude plane sur le marché du jouet©Pixabay (photo d'illustration)

publié le mercredi 13 octobre 2021 à 20h45

Noël arrive à grands pas et le secteur du jouet est frappé par différents problèmes qui laissent craindre des pénuries partielles dans les rayons, relatent Le Télégramme et 20 minutes.

Le 25 décembre prochain, le Père Noël devrait pouvoir passer dans les maisons des Français, mais sa hotte pourrait être moins chargée qu'à l'accoutumée. La faute à un marché du jouet particulièrement en tension ces derniers temps, écrit 20 Minutes. En raison de la reprise économique mondiale post-crise sanitaire liée au Covid-19, des pièces électriques tendent à manquer.

La demande est forte pour ces composants, ainsi que pour les matières premières nécessaires à la production des jouets. En parallèle, les prix augmentent, notamment le plastique, incontournable dans la fabrication. Les pièces et matériaux sont généralement importés, mais là encore, l'aspect financier est un frein. En effet, le prix du conteneur a littéralement explosé.



Des rayons plus vides que les années précédentes ?

Ce transport est rendu obligatoire par la dépendance au marché asiatique, et particulièrement la Chine. Certains ports du pays sont toujours bloqués. Sur 100 millions de jouets vendus en France, 60% proviennent de Chine, précise Le Télégramme. "Le gros impact pour nous, c'est le dérèglement du transport maritime [...]. En fin d'année, le consommateur va payer plus cher ses jouets, et ça sera aussi le cas l'année prochaine", explique à 20 Minutes, Ludovic Martin, patron de JuraToys. Les conséquences de cette myriade de problèmes d'approvisionnement et de stocks pourraient donc directement impacter les cadeaux de Noël des Français.

Il ne devrait néanmoins pas y avoir une pénurie totale de jouets, mais certains en particulier pourraient manquer, et les rayons être plus vides que les années précédentes. Les jouets les plus prisés risquent de partir très vite. Dans cette optique, certains fabricants plaident pour une relocalisation de la production en France ou en Europe. Mais pour cela, c'est tout un modèle qui doit être repensé. "Nous sommes prêts à favoriser l'économie locale, mais souvent, il y a un vrai manque de savoir-faire, avec des usines inadaptées qui manquent de technologie de pointe", nuance le PDG de JuraToys. Plusieurs fabricants ont anticipé ces manques. "Normalement, la marchandise arrive de fin août jusqu'à la mi-décembre. Cette année, on a tout organisé pour que la totalité soit dans les magasins au plus tard à la mi-novembre", détaille Franck Mathais, porte-parole de la coopérative de magasins de jouets, dans Le Télégramme. Chacun sa stratégie, certains ont opté pour la temporisation. Une chose est sûre, tous s'accordent à le dire : il ne faut pas tarder à faire ses courses de Noël.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.