40 ans après, un vibrant plaidoyer de Robert Badinter pour l'abolition "universelle" de la peine de mort

Chargement en cours
Le ministre de la Justice Robert Badinter lors d'un discours devant l'Assemblée nationale sur le projet de loi sur l'abolition de la peine de mort, le 17 septembre 1981 à Paris
Le ministre de la Justice Robert Badinter lors d'un discours devant l'Assemblée nationale sur le projet de loi sur l'abolition de la peine de mort, le 17 septembre 1981 à Paris
1/3
© AFP

publié le jeudi 16 septembre 2021 à 11h56

Quarante ans après son discours historique pour la fin de la peine capitale en France, l'ancien garde des Sceaux Robert Badinter a fait mercredi un vibrant plaidoyer pour son abolition "universelle", dans un monde où elle recule mais garde de solides bastions, en Chine ou aux Etats-Unis.

"Je suis certain que le mouvement vers l' abolition universelle se poursuivra" et "tôt où tard triomphera", a-t-il lancé lors d'un colloque à l'Assemblée nationale pour marquer cet anniversaire.

Debout et sans notes, l'ancien ministre, âgé de 93 ans, s'est exprimé pendant près d'une demi-heure devant un parterre de députés, officiels et représentants de la société civile qui l'ont longuement applaudi.

Il a tenu à saluer la mémoire du président socialiste de l'époque, François Mitterrand, qui avait promis cette abolition, et de son successeur de droite Jacques Chirac, qui la fit inscrire dans la Constitution en 2007.

Figure emblématique de ce combat en tant qu'avocat, M. Badinter avait prononcé son célèbre discours le 17 septembre 1981 au Palais Bourbon, devant un hémicycle qui vota le lendemain l'abolition par 363 voix contre 117. Le Sénat suivit quelques jours plus tard.

La mise au rebut de la guillotine fut promulguée le 9 octobre suivant et publiée au Journal officiel le lendemain.

M. Badinter avait alors mis toute son éloquence pour dénoncer une "justice qui tue" et les "exécutions furtives, à l'aube sous le dais noir" tendu dans une cour de prison.

Quarante ans plus tard, il a à nouveau salué les parlementaires de gauche, du centre et de droite qui avaient voté son texte, malgré une opinion publique majoritairement hostile.

- "Pas une performance" -

A l'époque la France n'était que le 35ème Etat du monde à lui tourner le dos, et le dernier parmi la Communauté européenne de l'époque. "Ce n'était pas une performance", a reconnu M. Badinter.

Soulignant que sur les 198 Etats des Nations unies d'aujourd'hui, les trois quarts l'ont abolie en droit ou en pratique, il a estimé que "les progrès de cette cause ont été au-delà de nos espérances".

Toutefois, "le combat n'est pas terminé" et des Etats "très puissants ou fanatisés" continuent de la pratiquer, a-t-il souligné, citant la Chine, l'Iran, l'Egypte ou encore l'Arabie saoudite. Aux Etats-Unis aussi des exécutions ont toujours lieu, mais "la marche vers l'abolition est continue", a-t-il espéré.

En Europe, seul le Bélarus ne l'a pas encore supprimée, ce qui montre "le lien indissoluble entre dictature et peine de mort", a-t-il pointé.

Organisé par le barreau de Paris et l'association Ensemble contre la peine de mort (ECPM), ce colloque s'est tenu en présence notamment du président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand et du ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti.

Selon l'ECPM, plus de 20.000 personnes croupissent actuellement dans les "couloirs de la mort" d'une cinquantaine de pays et risquent une exécution.

Mais outre les résistances internationales, M. Ferrand a estimé que la partie n'était pas encore gagnée dans l'opinion française.

"A l'intérieur comme à l'extérieur il nous faut encore convaincre", a-t-il dit. En 2020, 55% des personnes interrogées dans un sondage Ipsos pour Le Monde étaient favorables au rétablissement de la peine de mort en France.

Faisant référence au procès des attaques du 13 novembre 2015 qui s'est ouvert à Paris, M. Badinter a jugé que la peine de mort reviendrait à "lutter contre les terroristes avec les armes des terroristes".

Elle "ne serait pas de nature à faire reculer ceux qui seraient prêts à se faire exploser avec leurs victimes", a-t-il ajouté.

Un argument partagé par M. Dupond-Moretti, qui a souligné que "devant l'horreur des crimes terroristes, nous devons opposer le droit, sans angélisme ni mollesse", pas la peine capitale.

Dans une autre référence aux enjeux actuels, M. Badinter a souligné la nécessité de réfléchir au "fonctionnement de notre système pénitentiaire", en particulier à la surpopulation carcérale.

Un problème "qui se pose avec une acuité particulière dans notre pays", a-t-il relevé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.