14-Juillet : la poignée de main glaciale entre Macron et le chef d'état-major des armées

14-Juillet : la poignée de main glaciale entre Macron et le chef d'état-major des armées©Capture BFMTV

Source BFMTV, publié le vendredi 14 juillet 2017 à 11h06

Après sa vive remise dans les rangs jeudi soir par le président Macron, le chef d'état-major des armées qui avait menacé de démissionner après un désaccord sur le budget de l'armée pourrait voir sa mission écourtée.



Son mandat de chef d'état-major des armées court normalement jusqu'au 31 juillet 2018. Mais le général Pierre de Villiers, très critique devant les députés sur l'exigence de 850 millions d'économies inscrite au budget des Armées en 2017, pourrait voir sa mission être écourtée. Jeudi soir, le président de la République Emmanuel Macron a sèchement recadré le militaire, soulignant que c'est lui "le chef" et qu'il affectionne tout particulièrement le "'sens de la réserve qui a tenu nos armées".

Un étonnant retour de flamme alors que le Saint-Cyrien avait été reconduit le 30 juin dernier pour une année alors qu'il devait partir vers d'autres horizons. Le coordinateur des nombreuses opérations extérieures françaises (Barkhane au Sahel, Sangaris en République centrafricaine et Chammal en Syrie et en Irak), mais aussi de l'opération de sécurité intérieure Sentinelle, est aujourd'hui clairement sur la sellette. Au point qu'un ministre a déjà évoqué en aparté son possible "remplacement".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU