100 000 morts du Covid-19 : Didier Raoult estime que "les chiffres n'ont pas un sens symbolique particulier"

100 000 morts du Covid-19 : Didier Raoult estime que "les chiffres n'ont pas un sens symbolique particulier"©Panoramic

publié le vendredi 16 avril 2021 à 10h51

La France a passé le seuil des 100 000 décès liés au Covid-19. Invité de BFM TV vendredi 16 avril, Didier Raoult, professeur au CHU de Marseille, estime que ces "chiffres n'ont pas un sens particulier".

Les propos de Didier Raoult vont de nouveau faire grincer.

Invité de BFM TV, vendredi 16 avril, le professeur controversé a estimé que "les chiffres n'ont pas un sens symbolique particulier". "Vous me dites, il y en a 99 990 ou 100 000, je ne vois pas trop la différence", a-t-il avancé. En passant ce cap jeudi 15 avril, la France a rejoint le Royaume-Uni (127 000 morts) et l'Italie (116 000 morts) en Europe.



"Nous n'avons jamais eu dans l'histoire de l'Humanité une proportion de population aussi âgée"

"Un des débats qui va avoir lieu, et qui va être un des plus compliqués, c'est : est-ce qu'un mort vaut un mort ? Si vous prenez les gens de moins de 65 ans, il en est mort moins en 2020 qu'en 2019 ou 2018. Si vous prenez les gens de plus de 75 ans, ou plus de 85 ans, il en est mort beaucoup plus", a-t-il détaillé en guise d'explication. Interrogé sur ce point, et le drame que représente pour de nombreuses familles le fait d'avoir perdu un ou plusieurs proches pendant la pandémie, Didier Raoult a estimé que "nous n'avons jamais eu dans l'histoire de l'Humanité une proportion de population aussi âgée", ce qui, selon lui, pourrait expliquer le nombre très élevé de décès.

"Ne sortez pas les violons, a-t-il rétorqué à Bruce Toussaint sur BFM TV. L'espérance de vie, on l'a calculée d'une manière très précise. 88% des gens qui sont morts ici, au CHU de Marseille, avaient une espérance de vie inférieure à un an. Je suis médecin, j'ai de la compassion pour tout le monde. Mais il n'empêche que la perte de chance, ou la perte de vie ou d'espérance, n'est pas de même nature chez les uns et les autres". Des propos qui feront certainement de nouveau parler alors qu'Emmanuel Macron, sur Twitter, a expliqué avoir "une pensée pour les familles, les proches, pour les enfants qui ont perdu un parent ou un grand-parent, les fratries endeuillées, les amitiés fauchées." "Nous n'oublierons aucun visage, aucun nom", a promis le chef de l'Etat.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.