Non, tous les profs français ne sont pas mieux payés que leurs collègues de l'OCDE

Non, tous les profs français ne sont pas mieux payés que leurs collègues de l'OCDE

AFP, publié le jeudi 12 septembre 2019 à 17h23

Un rapport de l'OCDE s'intéressant notamment aux salaires des professeurs en France, donne lieu à des interprétations différentes. Certains concluent que les enseignants de l'Hexagone sont mieux payés que la moyenne de leurs collègues de l'OCDE. Mais ce n'est pas le cas pour tous les niveaux d'enseignement et la situation des professeurs dépend grandement de leur avancement.

Sur Twitter, un grand nombre d'enseignants se sont emparés du mot-dièse #Balancetafichedepaiedeprof, pour révéler leur "vrai" salaire, notamment pour contredire les salaires moyens des enseignants présentés dans une chronique de LCI, titrée "non, les profs ne sont pas mal payés", et citant des chiffres "de l'OCDE" (Organisation de coopération et de développement économiques). 

Capture d'écran Twitter réalisée le 13/09/2019

 

Capture d'écran Twitter réalisée le 13/09/2019


D'autres internautes reprennent de manière affirmative des titres assurant que "les profs français gagnent plus que leurs homologues de l'OCDE". 

 

L'OCDE présente également un graphique sur le salaire "statutaire" des enseignants. Il correspond à une grille de salaire applicable à tous, hors primes et heures supplémentaires (tableau ci-dessus). Un autre graphique présente le salaire "effectif", une moyenne qui prend en compte tous les enseignants à un niveau donné, et toutes primes perçues (ci-dessous). 

Selon la grille de salaire statutaire, les salaires des enseignants français sont donc inférieurs à la moyenne de l'OCDE. Selon la grille de salaire effectif, cela dépend du niveau d'enseignement et surtout de l'avancement dans leur carrière.

Cette technique permet d'éliminer l'effet d'inflation et permettre de comparer les pays entre eux, mais on ne peut donc pas se contenter de convertir les dollars en euros pour obtenir les salaires réels. 

Pour faire simple, il faut multiplier le salaire moyen brut indiqué par 0,8, puis le diviser par 12 pour obtenir le salaire mensuel, comme l'explique hier l'analyste à la direction de l'Education de l'OCDE lui-même dans un tweet.

Le calcul est sans les contractuels. Exemple: le salaire annuel moyen brut au collège est 45375 US Dollars en France. Converti en euros (avec les PPA et surtout pas avec le taux de change) : 45 375*0.8 = 36 300 bruts soit 3 025 par mois. En salaire net: environ 2 400 euros.

- Eric Charbonnier (@CharbonnierEDU) September 12, 2019
Ainsi le salaire brut moyen des enseignants au collège en France, indiqué à 45.375 dollars, est en réalité de 36.300 euros bruts annuels, soit environ 3.025 euros bruts, et environ 2.400 euros nets par mois, toujours selon M. Charbonnier.  

Un chiffre qui reste effectivement légèrement supérieur à la moyenne de l'OCDE, mais qui est inférieur à celui présenté par LCI dans sa chronique (3.425 euros). Ce salaire brut moyen des enseignants au collège est par ailleurs "15% supérieur par rapport au salaire brut d'un enseignant qui exerce en élémentaire", souligne M. Charbonnier. 

Le salaire brut moyen des enseignants en élémentaire, où les primes et heures supplémentaires sont quasiment inexistantes, est inférieur à la moyenne des pays développés : 39.400 dollars (2.620 euros bruts par mois après la conversion adéquate) contre 40.600 dollars.

LCI souligne d'ailleurs ce fait dans sa chronique, mais toujours avec des chiffres supérieurs à ceux de l'organisation. 

Le 12 septembre, le journaliste de LCI François-Xavier Pétri est revenu à l'antenne sur sa chronique et les critiques qu'elle a suscitées chez les enseignants :  "Je les comprends. Quand un prof de lycée gagne péniblement 2.000 euros et qu'il voit que la moyenne en France est de 3.400 euros on comprend qu'il s'indigne (...) sauf que ces chiffres sont totalement vrais, on ne donne pas de fake news à LCI".

Régimes spéciaux : colère noire à la #RATP. Pourquoi ?
L'éclairage de @fx_pietri dans #LaMatinaleLCI sur #La26 pic.twitter.com/jFnIimxLzB

- La Matinale LCI (@LaMatinaleLCI) September 12, 2019
"C'est une moyenne qui tient compte de tout, des primes, des heures sup', des multiples catégories d'enseignement, des salaires des agrégés. On prend la masse salariale, et on divise par le nombre d'enseignants", a poursuivi le journaliste. 

Toujours est-il que sur le salaire moyen brut, la chaîne donne un chiffre supérieur à celui calculé par l'OCDE, en prenant compte des parités de pouvoir d'achat de la consommation privée (3.400 euros pour LCI au collège contre 3.025 euros au même degré selon Eric Charbonnier). 

Une situation différente selon l'ancienneté et les pays

La chronique initiale de LCI s'ouvrait en présupposant que l'argument selon lesquels les enseignants français "sont moins bien payés que leurs voisins (...) n'est pas vrai". Mais cette affirmation est contestable, puisque l'OCDE regroupe des pays très éloignés. 

A titre d'exemple le salaire effectif moyen brut des enseignants au collège en France est supérieur à la moyenne de l'OCDE, mais sensiblement inférieur au même salaire en Finlande, au Danemark, ou en Allemagne par exemple

"C'est vraiment dans l'élémentaire que les enseignants ont les salaires les plus bas par rapport à la moyenne des pays de l'OCDE. Ce, car les enseignants ont moins d'opportunités que les autres, d'avoir des compléments de salaires via les heures supplémentaires", poursuit-il. 

"Le vrai problème (...) c'est la progression en début de carrière, car les salaires d'entrée sont proches de la moyenne européenne, mais la progression est plus lente en France qu'ailleurs: on reste pendant longtemps avec des niveaux de revenus assez bas". Eric Charbonnier,  analyste à la direction de l'Education de l'OCDE. 

Toujous selon ce rapport, le salaire des professeurs en début de carrière est de 7% inférieur à la moyenne des pays de l'OCDE. 

L'écart se creuse ensuite, en milieu de carrière. Par exemple, après 15 ans d'ancienneté, un prof de collège gagne en France 35.550 euros, contre 43.107 euros pour la moyenne de l'OCDE.

"Le vrai problème", selon Eric Charbonnier, "c'est la progression en début de carrière, car les salaire d'entrée sont proches de la moyenne européenne, mais la progression est plus lente en France qu'ailleurs: on reste pendant longtemps avec des niveaux de revenus assez bas".

Tous niveaux confondus, les enseignants français gagnent 22% de moins que la moyenne des pays développés en milieu de carrière. Puis l'écart se resserre fortement en fin de carrière, selon l'OCDE, puisque les salaires français sont inférieurs de seulement 2% à la moyenne. 

Autre enseignement du rapport: entre 2000 et 2018 le salaire des enseignants qualifiés et ayant 15 ans d'ancienneté a augmenté dans la moitié des pays de l'OCDE.

L'Angleterre, la France et la Grèce font figure d'exception: le salaire des enseignants y a diminué de respectivement 3%, jusqu'à 6% et 17%. En France, c'est notamment le gel du point d'indice qui explique cette diminution.

Parmi leurs revendications de rentrée, les syndicats enseignants français ont fait d'une revalorisation salariale une priorité. Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, a annoncé l'ouverture d'un dialogue sur la question.

En conclusion :

L'étude de l'OCDE présente des indicateurs suffisamment différents pour que chacun le présente sous un angle différent, ce que regrette d'ailleurs Eric Charbonnier. 

Je trouve que chacun commente depuis hier ce qui l'arrange, c'est
dommage. Le chiffre du collège est légèrement supérieur à la moyenne de l'OCDE et
15% supérieur par rapport au salaire annuel brut d'un enseignant qui exerce en élémentaire. Ce dernier point mérite aussi débat.

- Eric Charbonnier (@CharbonnierEDU) September 12, 2019
En revanche, les chiffres qu'elle présente sont des chiffres retravaillés pour pouvoir être comparés aux autres pays de l'OCDE. 

Tous les enseignants français ne sont pas mieux payés en moyenne que leurs homologues de l'OCDE, notamment ceux qui enseignent à l'école élémentaire.

Il est également erroné de tirer de cette étude la conclusion que les enseignants français sont mieux payés que leurs "voisins européens", l'OCDE comprenant des pays dits développés à travers plusieurs continents. 

Enfin, la situation financière des enseignants en France dépend énormément de leur avancement, avec un retard important sur la moyenne de l'OCDE en milieu de carrière. 

Vous souhaitez que l'AFP vérifie une information?

Écrivez-nous E-mail Facebook Messenger Message @afpfactuel

Vos réactions doivent respecter nos CGU.