Élections européennes : passe d'armes entre Yannick Jadot et Nicolas Dupont-Aignan sur l'immigration

Élections européennes : passe d'armes entre Yannick Jadot et Nicolas Dupont-Aignan sur l'immigration
Yannick Jadot et Nicolas Dupont-Aignan (photomontage)

Orange avec AFP-Services, publié le mardi 21 mai 2019 à 11h13

En pleine discussion sur l'immigration, la tête de liste de Debout la France a proposé lundi soir sur LCI "le contrôle des naissances en Afrique". Une proposition qui a provoqué la colère de l'écologiste.

Moins d'une semaine avant les élections européennes, LCI a diffusé lundi 20 mai, en partenariat avec RTL et Le Figaro, un débat en deux parties entre 14 têtes de liste, soit deux échanges successifs entre sept candidats. Manon Aubry (La France insoumise), Nicolas Dupont-Aignan (Debout La France), Jordan Bardella (Rassemblement national), François-Xavier Bellamy (Les Républicains), Raphaël Glucksmann (PS/Place publique), Yannick Jadot (Europe Écologie-Les Verts) et Nathalie Loiseau (La République en marche) ont débattu entre 20h45 et 23h. 

Un débat qui a donné lieu à une séquence houleuse entre le président de Debout la France et le leader écologiste.

Le ton est monté entre les deux hommes sur l'immigration. "La question migratoire est un drame humanitaire mais la première des choses est de rétablir nos frontières nationales et renforcer la coopération européenne pour contrôler le système de passeurs", a-t-il ainsi proposé avant d'estimer qu'il fallait s'attaquer au "tabou du contrôle des naissances en Afrique."




"C'est scandaleux ce que vous dites, il n'y a qu'une façon de lutter contre cela, c'est de mettre les petites filles à l'école, de donner un travail aux femmes, c'est comme cela qu'on fait. Pas avec le contrôle des naissances à la chinoise", s'est emporté Yannick Jadot. "Il faut arrêter de mentir, on a réduit par 6-7 cette année le nombre de réfugiés par rapport à 2015. On n'est pas dans le grand remplacement. On n'est pas dans la subversion, c'est totalement débile. On a des règles internationales, on a un devoir d'humanité, on accueille ces réfugiés, c'est tout. (...) On a laissé les Italiens gérer 750.000 réfugiés, nous avons alimenté la bête Salvini", a-t-il ajouté. 

"C'est honteux ce que vous dîtes", a abondé Manon Aubry, tête de liste de La France insoumise. 



Yannick Jadot s'en est également pris à Jordan Bardella. "Vous, avec votre patriotisme de pacotille vendu aux Russes et aux Américains, ne me donnez pas de leçons", a-t-il rétorqué à la tête de liste du Rassemblement national, qui tentait d'intervenir sur la question italienne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.