Wall Street redescend de ses sommets, inquiète pour la reprise

Wall Street redescend de ses sommets, inquiète pour la reprise
El New York Stock Exchange (NYSE) en Wall Street (New York) el 23 de marzo de 2021
A lire aussi

publié le mardi 17 août 2021 à 22h30

Wall Street est redescendue brutalement de ses sommets mardi, après de faibles ventes au détail aux Etats-Unis, qui font craindre l'impact du variant Delta sur l'activité économique.

Selon des résultats définitifs à la clôture, après cinq séances consécutives de hausse qui les ont poussés vers des records successifs, l'indice Dow Jones a perdu 0,79% à 35.343,28 points et l'indice élargi S&P 500 a lâché 0,71% à 4.448,08 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a abandonné 0,93% à 14.656,18 points.

La Bourse de New York a conclu en berne, sous l'impact de "facteurs qui semblent peser sur les actifs à risque", notaient les analystes de Wells Fargo, alors que le dollar, valeur refuge, a fortement grimpé face aux autres monnaies.

Parmi ces facteurs, les analystes de Schwab citaient "la chute des ventes au détail en juillet" aux Etats-Unis, mais aussi "les implications géopolitiques du récent effondrement du gouvernement afghan et la poursuite de la répression réglementaire en Chine".

L'indice des ventes au détail pour juillet s'est avéré pire que prévu avec un recul de 1,1% contre -0,2% anticipé par les analystes. 

Pour Ian Shepherdson, économiste pour Pantheon Macroeconomics, il est "impossible de séparer l'impact de la baisse des chèques de relance de celui du variant Delta, qui a commencé à affecter les restaurants et le transport aérien fin juillet".

- Plus fort en août -

"Le variant Delta va frapper plus fort en août, aussi allons-nous devoir abaisser drastiquement nos prévisions des dépenses de consommation pour le troisième trimestre", a encore averti Ian Shepherdson.

Les dépenses de consommation aux Etats-Unis représentent les trois quarts du PIB et sont la locomotive de la croissance de la première économie mondiale.

Au rang des bonnes nouvelles, la production industrielle a augmenté plus fortement qu'attendu (+0,9%) en juillet.

Le titre du numéro un de la distribution Walmart est resté stable (+0,02%) à 150,78 dollars, après avoir annoncé mardi un bénéfice net par action un peu en deçà des prévisions, mais un chiffre d'affaires meilleur. Le géant du discount a relevé ses prévisions pour l'ensemble de l'année.

La chaîne de bricolage Home Depot a perdu 4,49% à 320 dollars, malgré des résultats supérieurs aux attentes mais une fréquentation moindre au deuxième trimestre.

Le secteur automobile a été délaissé par les investisseurs comme Ford (-3,05%) ou GM (-4,78%), alors que les ventes de voitures ont chuté en juillet de 3,9%.

Les compagnies aériennes ont été affectées par la montée des restrictions liées à la propagation du variant Delta: American Airlines et United Airlines ont lâché plus de 2%. 

Les fabricants de vaccins Moderna (+7,49%), Pfizer (+3,05%) et Johnson and Johnson (+0,92%) sont repartis à la hausse. 

Au moment où Pékin a rendu publiques les grandes lignes de sa nouvelle règlementation du secteur de la tech, les titres des grands groupes chinois de l'internet cotés à New York ont plongé comme Alibaba (-4,91%) et Tencent (-12,33%).

Les rendements sur les bons à dix ans, qui étaient tombés à 1,22% avant l'ouverture, remontaient à 1,26% comme la veille, tandis que le dollar, jouant son rôle de valeur refuge face aux inquiétudes géopolitiques, a nettement grimpé face aux principales monnaies.

Nasdaq

Vos réactions doivent respecter nos CGU.