Wall Street marque une pause à l'ouverture après des records

Wall Street marque une pause à l'ouverture après des records
Des opérateurs au New York Stock Exchange, fin juillet

publié le mardi 31 août 2021 à 16h46

Wall Street faisait une pause mardi pour la dernière séance du mois, les trois indices ouvrant modestement dans le rouge, après des records la veille à la faveur du secteur de la technologie.

Vers 14H30 GMT, l'indice Dow Jones lâchait 0,10%, le Nasdaq perdait 0,25% et le S&P 500 abandonnait 0,12%.

Lundi, le Nasdaq, où se concentrent les valeurs technologiques, avait franchi un nouveau record à 15.265,89 points (+0,90%) de même que l'indice élargi S&P 500 à 4.528,79 points (+0,43%). L'indice Dow Jones des valeurs vedette s'était un peu replié à 35.399,84 points (-0,16%).

Le mois d'août, traditionnellement considéré comme un des pires mois pour les investisseurs, devrait se terminer cette année sur une note positive.

A la clôture lundi, le Dow Jones avait gagné 1,33% en un mois, le Nasdaq grimpé de 4% et le S&P 500 de 3%.

Mardi, "le marché manquait de conviction alors que les investisseurs digèrent le départ des dernières troupes d'Afghanistan, le ralentissement du secteur manufacturier en Chine, et le fait que plusieurs élus démocrates ont écrit une lettre au président Biden pour demander qu'il remplace Jerome Powell", à la tête de la Fed, estimait Patrick O'Hare de Briefing.com.

Les investisseurs étaient également interpellés par l'accélération de l'inflation en zone euro qui a bondi à 3%, son plus haut niveau en dix ans.

Si la Banque centrale européenne (BCE) n'envisage pas, à ce stade, de resserrer sa politique monétaire accommodante, elle tient son conseil des gouverneurs le 9 septembre et il y aura débat, notamment sur les achats d'actifs. 

Un des membres du Conseil, l'autrichien Robert Holzmann, a plaidé mardi pour une réduction des achats d'obligations par la BCE, dans un interview à Bloomberg News.

Au rang des indicateurs, la confiance des consommateurs américains est tombée en août à son plus bas niveau depuis février, leur moral étant plombé par le variant Delta qui pèse sur la reprise économique, mais aussi par la hausse des prix.

L'indice publié mardi par le Conference Board est tombé à 113,8 points, contre 125,1 points en juillet (révisé en baisse).

En outre, la croissance de l'activité manufacturière a fortement ralenti en août dans la région de Chicago, pénalisée par les difficultés à s'approvisionner en matières premières. L'indice a chuté à 66,8 points en août, son plus bas niveau depuis juin.

Au tableau des actions, la plateforme de visioconférence Zoom plongeait de 15,73% à 292 dollars après des résultats décevants.

L'application, qui a profité à fond de l'essor du télétravail et de l'école à la maison depuis le début de la pandémie, a vu son rythme de croissance ralentir drastiquement au 2e trimestre, même s'il reste de 54%.

Même si elle est redescendue depuis un pic en octobre 2020, l'action valait encore lundi à la clôture trois fois plus que début mars 2020, au début de la propagation à grande échelle du Covid-19 aux Etats-Unis.

Le titre des laboratoires Moderna grimpait de 2,28% à 379 dollars après la parution d'une étude belge indiquant que son vaccin produit davantage d'anticorps que son rival Pfizer. 

Les rendements sur les obligations à 10 ans étaient quasiment stables à 1,2869% contre 1,2785%.

Nasdaq

Vos réactions doivent respecter nos CGU.