Wall Street hésitante après des records

Wall Street hésitante après des records
La façade de la Bourse de New York, le 15 juillet
A lire aussi

publié le lundi 30 août 2021 à 16h36

Wall Street évoluait en ordre dispersé lundi après une semaine de records et les propos prudents du président de la Banque centrale américaine (Fed) sur la politique monétaire.

Vers 14H15 GMT, l'indice Dow Jones lâchait 0,19%, le Nasdaq, à forte coloration technologique, avançait de 0,60% et l'indice élargi S&P 500 gagnait 0,27%.

Vendredi, le Nasdaq à 15.129,50 points (+1,23%) et le S&P 500 à 4.509,37 points (+0,88%) avaient engrangé de nouveaux records, le 4e de la semaine pour le Nasdaq. Le Dow Jones avait terminé en hausse de 0,69% à 35.455,80 points.

"Le président de la Fed Jerome Powell a laissé la porte ouverte vendredi à une éventuelle annonce de réduction d'achats d'actifs avant la fin de l'année, mais il a également donné l'impression qu'il attendait de voir le rapport sur l'emploi d'août ce vendredi avant d'être persuadé d'annoncer un calendrier", soulignait Patrick O'Hare de Briefing.com.

Lors de son allocution à la conférence de Jackson Hole, M. Powell a juste confirmé qu'il "pourrait être approprié de commencer à réduire le rythme des achats d'actifs cette année". Mais il n'a pas donné de date et est apparu très focalisé sur l'amélioration du marché du travail. Le patron de la Fed a aussi assuré que réduction d'achats d'actifs ne rimait pas avec hausse des taux d'intérêt, ce qui a rassuré Wall Street.

Les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans étaient un peu en repli à 1,28% contre 1,30%.

La semaine qui s'ouvre est riche en indicateurs, à commencer par la confiance des consommateurs, mardi, l'activité du secteur manufacturier mercredi, le coût de l'emploi et les commandes industrielles jeudi pour culminer sur les créations d'emplois et le chômage vendredi.

Pour ces chiffres de l'emploi très attendus, les analystes prévoient 750.000 nouvelles embauches le mois dernier, un repli par rapport aux 943.000 créations d'emplois de juillet. Le taux de chômage à 5,4% pourrait se replier à 5,2%.

Les investisseurs surveillent aussi la tempête Ida et "les séquelles qu'elle pourrait laisser sur la Louisiane", notait Patrick O'Hare. 

La totalité de la ville de La Nouvelle-Orléans est plongée dans le noir et presque toute la production de pétrole de la côte du Golfe du Mexique a été arrêtée.

Au tableau des actions, le titre du fabricant de vaccins Moderna perdait 1,80% à 375 dollars alors que des lots de son sérum ont été suspendus au Japon après le décès de deux personnes injectées.

Alors que les autorités sanitaires américaines (CDC) devaient évoquer lors d'une discussion consultative la question d'une troisième dose de vaccin contre le Covid, Pfizer avançait de 0,38% à 46,76 dollars tandis que BioNtech perdait 1,14% à 354 dollars.

Le titre de la compagnie fintech, Affirm Holdings, bondissait de 40% à 95 dollars. La société, qui offre des solutions d'achat à crédit a indiqué avoir conclu un accord avec Amazon, qui va offrir ces options de financements à certains de ses utilisateurs.

Le titre de l'application de video-conférence Zoom, qui doit divulguer ses résultats du 2e trimestre après la clôture, augmentait de 1,13% à 344 dollars.

Nasdaq

Vos réactions doivent respecter nos CGU.