Vendanges: dans le Bordelais, la météo "compliquée" laisse quelques grappes d'espoir

Chargement en cours
Premier jour de vendange au Château Certan de May à Pomerol en Gironde le 27 septembre 2021
Premier jour de vendange au Château Certan de May à Pomerol en Gironde le 27 septembre 2021
1/4
© AFP, Thibaud MORITZ

publié le mardi 28 septembre 2021 à 22h09

Au Château Certan de May, à Pomerol, une vingtaine de saisonniers accroupis dans les rangées de merlot, entament sécateur en main les vendanges de rouges dans le Bordelais qui, malgré le gel, la pluie et la maladie, espère bien sortir de la crise.

Sur le tapis roulant de triage avant la mise en cuve, quatre employées tamisent délicatement avec la paume de la main des raisins généreusement gonflés par les pluies estivales.

Les pluies abondantes en juin et juillet ont donné des baies "20 à 30% plus grosses que l'an passé", dit lundi le viticulteur Jean-Luc Barreau, propriétaire de cette exploitation familiale près de Libourne qui produit 30.000 bouteilles d'appellation Pomerol par an.

Relativement épargnées par le gel car situées sur un plateau et protégées par des éoliennes, ses parcelles devraient offrir une récolte légèrement en dessous de la moyenne, pour des vins "très agréables",  "sans grande complexité" mais encore "incertains", tant la menace de la maladie - le mildiou- persiste, ajoute-t-il devant une benne remplie à ras bord de grappes de merlot.

Mais dans le Bordelais, tous n'ont pas eu cette chance, tant la météo "compliquée", "sans vrai printemps", et ses conséquences ont pesé sur les cultures, reconnait-il.

Gel tardif en avril, pluies amenant un mildiou "sévère" en début d'été, puis prolifération de la cicadelle ensuite - un insecte s'attaquant au feuillage -  : "la tendance, c'est qu'on a perdu à peu près 25% par rapport à une récolte normale" résume à l'AFP Eric Hénaux, directeur général de la coopérative de Tutiac, l'une des plus importantes de Gironde.

Dans la région, le Sud-Gironde (Sauternais et Barsac), en blanc, ou les Graves, ont bien souffert des conditions extrêmes, tandis qu'en France, tous vignobles confondus, une récolte "historiquement basse" est attendue, avec une production en baisse de près de 30%, selon le ministère de l'Agriculture.

- "De belles cartes à jouer" -

Pourtant, cette météo anormale, grâce à un réchauffement en dernière partie de saison, pourrait in fine apporter un millésime de grande qualité pour les Bordeaux, pense Philippe Dulong, président du syndicat des oenologues de France pour la région sud-ouest.

Cet été globalement "frais" a procuré aux raisins "une acidité bien meilleure", qui va permettre "des vins agréables, plus fruités et plus aromatiques que les années précédentes", abonde cet œnologue spécialiste du Bordelais.

A ces promesses en saveur, s'ajoute une conjoncture favorable, qui laisse espérer aux vins de Bordeaux un rebond sur les marchés, notamment internationaux, après des années de souffrance.

Depuis un sévère épisode de gel en 2017 - alors responsable d'une chute de 40% de la production- les vins de Bordeaux et ses prix parfois élevés, ont peiné face à une évolution des modes de consommation et une baisse des exportations.

Mais selon le négociant Jean-Pierre Durand, le secteur est "confiant" pour la campagne qui démarre, notamment à l'international : en Chine, Bordeaux récupère peu à peu des parts de marché au détriment de vins australiens, "punis" par les tensions entre Canberra et Pékin, tandis qu'aux Etats-Unis, les taxes décidées par l'ancien président Trump ont été suspendues.

Porté par une succession de "trois beaux millésimes" de 2018 à 2020 - le vignoble a déjà amorcé sa "reprise" dont "l'équilibre" reste "fragile", estime M. Durand, également co-président des affaires économiques du Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB), qui regroupe les professionnels du secteur.

Selon lui, avec les promesses gustatives des vendanges actuelles et les volumes "plus disponibles" que ceux des autres régions françaises durement frappées cette année, les vins de Bordeaux auront "de belles cartes à jouer", pour, enfin, entrevoir une sortie de crise.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.