Une saison tout schuss ? Les professionnels du ski hésitent à y croire

Chargement en cours
Sur le domaine skiable du Col de la Balme à La Clusaz, en Haute-Savoie, le 23 mai 2021 pour une réouverture de deux jours de certaines remontées mécaniques
Sur le domaine skiable du Col de la Balme à La Clusaz, en Haute-Savoie, le 23 mai 2021 pour une réouverture de deux jours de certaines remontées mécaniques
1/3
© AFP, Olivier CHASSIGNOLE

publié le vendredi 01 octobre 2021 à 10h39

Une saison tout schuss après deux hivers plombés par le Covid ? Malgré des réservations qui s'annoncent très bonnes, les stations de ski françaises, "échaudées" par la saga des restrictions sanitaires, hésitent encore à y croire et réclament de la visibilité au gouvernement.

Leur prudence s'explique par le "traumatisme" subi l'an dernier lorsque le gouvernement, après plusieurs rebondissements, a finalement décrété que les remontées mécaniques resteraient fermées tout l'hiver. 

"Nous étions tellement optimistes", se remémore Alex Maulin, président de Domaines skiables de France (DSF), qui représente les exploitants des 250 stations de ski françaises. Mais au final, ce fut "une année horrible: une saison blanche, une année noire", a-t-il rappelé lors du congrès annuel de l'association jeudi à Chambéry (Savoie).

"Nous ne comprendrons jamais pourquoi nous avons été fermés", souligne-t-il, tout en "remerciant" l'Etat pour le généreux soutien financier alloué en compensation. 

Au total, ce sont "près de 6 milliards d'euros (qui ont été) mobilisés par les pouvoirs publics jusqu'à présent pour accompagner la montagne française", dont un plan de diversification de 650 M EUR, a rappelé le ministre délégué chargé des PME Alain Griset, intervenant lors de ce même congrès. "L'Etat a pris ses responsabilités", a-t-il assuré.

Pour nombre de professionnels du ski pourtant, le gouvernement avait au départ largement sous-estimé le coût de cette décision pour le secteur.

"Les dégâts économiques ont été terribles. (...) Cette année, Emmanuel Macron saura qu'une fermeture se chiffre en milliards et pas en millions", relève Laurent Vanat, consultant spécialisé basé à Genève.

Selon lui, ce n'est pas un hasard si seules la France, l'Italie et l'Allemagne ont pris la décision de fermer leurs remontées mécaniques: ce sont "tous les trois des pays où les gouvernements sont très loin des montagnes et n'en perçoivent pas tous les enjeux".

Ces décisions ont "coûté 8 milliards d'euros à notre pays et elles ont fragilisé 400.000 emplois", s'est de son côté agacé le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez.

- "Cet hiver, nous skierons !" -

Les largesses de l'Etat, la bonne saison estivale et l'évidente fringale du public pour la montagne ont depuis permis d'apaiser quelque peu les esprits, qui sont maintenant tournés vers les préparatifs de l'hiver. A quoi faut-il s'attendre cette fois ?

"Le message est très clair: Cet hiver, nous skierons!", leur a lancé le secrétaire d'Etat au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne. 

"Il faut y aller tout schuss et on va faire une bonne saison. Il y a une envie de grand air, c'est l'occasion de reconquérir certaines clientèles éloignées du ski, notamment en France", veut-il croire.

Mais la pandémie rôde toujours, admet-il, et le gouvernement entend par conséquent préserver "la possibilité de recourir" au pass sanitaire jusqu'à l'été 2022. C'est le sens du projet de loi qui doit être présenté le 13 octobre en Conseil des ministres.

De quoi conserver sous la main des outils "à déclencher au cas où", a-t-il expliqué. En tout état de cause, "le droit ne prévoit pas à ce stade que le pass sanitaire soit demandé dans les remontées mécaniques donc je crois qu'il faut aujourd'hui s'inscrire dans ce cadre".

Les professionnels du ski, actuellement en pleine phase de préparatifs de la saison et de recrutement des saisonniers, avertissent que le pass sanitaire dans les domaines skiables serait "ingérable" et ne cachent pas qu'ils auraient préféré entendre quelque chose de "plus concret".

"On aurait aimé (être informés) plus tôt. L'année dernière nous avons eu des reports d'ouverture à répétition et on a peur que ça se reproduise", confie un responsable d'une petite station des Alpes de Haute-Provence.

D'autant que la clientèle semble déjà au rendez-vous, y compris à l'étranger.

"Nous avons lancé les ventes de forfaits en mai. Ca cartonne, les gens ont vraiment envie de venir au ski", souligne Yves Dimier, ancien champion et directeur de la station de Val-Cenis, en Savoie. "On sait que tous les voyants sont au vert mais on quand même été échaudés ces deux dernières années. Globalement la saison s'annonce bien, attendons", conclut-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.