Ses concurrents s'ouvrent, et Hong Kong s'isole dans sa stratégie "zéro Covid"

Chargement en cours
Vue générale du bâtiment de l'IFC (International Finance Centre) (G) dominant les quais du quartier des affaires de  Hong Kong avant une forte pluie, le 6 mars 2019
Vue générale du bâtiment de l'IFC (International Finance Centre) (G) dominant les quais du quartier des affaires de Hong Kong avant une forte pluie, le 6 mars 2019
1/3
© AFP, Anthony WALLACE

publié le dimanche 31 octobre 2021 à 11h54

Tandis que les autres places du commerce international annoncent l'un après l'autre leur réouverture, Hong Kong s'enfonce dans l'isolement, un choix consternant pour le secteur des affaires qui ne voit pas de fin à la stratégie "zéro Covid" imposée par un gouvernement redevable à Pékin.

Hong Kong, qui se surnomme elle-même "la ville mondiale de l'Asie", a mis en place des règles parmi les plus strictes au monde, avec notamment une quarantaine de 14 ou 21 jours imposée à tout nouvel arrivant même complètement vacciné.

En début de semaine, les autorités ont encore renforcé les mesures sanitaires dans l'objectif de créer une bulle sanitaire avec le continent, alors même que la Chine connaît un nouveau regain épidémique. 

La dirigeante de Hong Kong Carrie Lam a déclaré que le rétablissement des voyages transfrontaliers était "plus important" que la réouverture internationale et que la ville devait être encore plus stricte que le continent pour gagner la confiance de Pékin. 

Un choix qui suscite l'inquiétude des dirigeants de multinationales, qui ont de plus en plus de mal à retenir les talents et à remplacer ceux qui partent, tandis que Londres, New York, Tokyo et Singapour reprennent les réunions en face à face, les conférences et les voyages d'affaires. 

Le principal lobby financier a averti la semaine dernière que "le statut de Hong Kong en tant que centre financier international est menacé", de même que "sa reprise économique à long terme et sa compétitivité en tant que ville d'affaires". 

L'AFP s'est entretenue avec six cadres supérieurs de sociétés internationales, qui demandant à rester anonymes pour pouvoir parler franchement, ont tous dressé un tableau similaire. 

- Exode -

Hong Kong a été largement épargnée par la pandémie, avec seulement 213 morts et un peu plus de 12.000 cas au total pour 7 millions d'habitants.

Mais l'optimisme suscité par l'efficacité de la stratégie sanitaire a laissé place à la crainte que Hong Kong, comme la Chine, ne reste fermée pendant une bonne partie de l'année prochaine. 

"Tous ceux à qui je parle s'attendent à ce qu'il n'y ait pas de levée de la quarantaine avant les Jeux olympiques d'hiver (en février) et peut-être pas avant la réélection de Xi Jinping", affirme à l'AFP James, un banquier australien qui a passé 30 ans à Hong Kong. 

Les dirigeants chinois tiendront un rassemblement en octobre au cours duquel Xi Jinping devrait obtenir un troisième mandat et l'on s'attend de plus en plus à ce que Pékin ne se risque pas à une réouverture des frontières avant cette date sensible. 

Selon James, les fêtes de départ régulières et la baisse soudaine des listes d'attente pour les écoles internationales témoignent d'un exode faible mais régulier des cols blancs étrangers de Hong Kong, "en particulier ceux qui ont une famille". 

Directeur général d'une banque d'investissement internationale, John dit avoir passé 49 jours en quarantaine au cours des 15 derniers mois et envisager de déménager à Singapour ou à Londres. 

"Nous avons des employés qui déménagent tous les mois", assure-t-il.

- "Insoutenable" -

Parmi les mesures annoncées cette semaine figure la fin de la plupart des quelques exemptions de quarantaine restantes, qui concernaient des personnalités du monde des affaires jugées cruciales pour le fonctionnement de la ville. 

Les autorités ont également déclaré que les patients guéris du coronavirus devaient passer 14 jours supplémentaires en quarantaine après leur sortie de l'hôpital. 

Ben Cowling, épidémiologiste à l'Université de Hong Kong qui conseille le gouvernement, a déclaré que la suppression du petit nombre d'exemptions "aura des coûts économiques énormes" mais qu'elle est au moins "fondée sur des preuves".

"Mais il ne semble pas y avoir de justification épidémiologique pour ces 14 jours supplémentaires", a-t-il déclaré à l'AFP, ajoutant qu'aucun des 10.000 patients libérés de Hong Kong n'a provoqué d'épidémie.

Une nouvelle incohérence en matière de santé publique qui contribue à alimenter les soupçons à Hong Kong selon lesquels le coronavirus est utilisé pour limiter la population après les manifestations pro-démocratie de 2019 et la répression de la dissidence qui a suivi.

Actuellement, 240 personnes peuvent assister à un banquet de mariage en intérieur, mais les groupes de plus de quatre personnes mangeant des sandwichs ensemble dans un parc restent interdits. 

Un Américain qui travaille pour une société de gestion d'actifs a déclaré que sa famille avait dû se soumettre à une quarantaine obligatoire lorsqu'une personne de son immeuble a été testée positive.

"La politique sanitaire chevauche clairement beaucoup d'autres objectifs politiques", estime-t-il, disant être devenu "profondément pessimiste".

Interrogé sur ce qu'une année supplémentaire de restrictions pourrait faire aux entreprises, il lâche : "C'est tout simplement insoutenable".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.