Procès attendu de la fondatrice de Theranos, ex-"révolutionnaire" accusée de fraude

Chargement en cours
Elizabeth Holmes le 29 septembre 2015 à New York
Elizabeth Holmes le 29 septembre 2015 à New York
1/2
© AFP, Andrew Burton, GETTY IMAGES NORTH AMERICA

publié le dimanche 29 août 2021 à 08h35

Une ancienne étoile montante de la Silicon Valley qui risque 20 ans de prison. Une start-up qui promettait une révolution. Des hommes d'affaires et d'Etat bernés, appelés à témoigner. Le procès d'Elizabeth Holmes, qui s'ouvre en septembre, va être suivi de près, comme un cas d'école pour les investisseurs mais aussi comme un film hollywoodien.

En lançant Theranos en 2003, à 19 ans, la très charismatique Elizabeth Holmes promettait des diagnostics plus rapides et moins chers que ceux des laboratoires traditionnels, grâce à des méthodes censées permettre jusqu'à 200 analyses avec quelques gouttes de sang.

Les jurés qui seront sélectionnés à partir de mardi à San Jose, en Californie, devront déterminer si Mme Holmes, un temps comparée au défunt patron-fondateur d'Apple Steve Jobs, s'est rendue coupable de fraude.

Les procureurs tenteront de les persuader que l'ex-entrepreneuse savait que ses machines ne marchaient pas et qu'elle a menti aux investisseurs, médecins et patients pour lever des fonds -- plus de 700 millions de dollars, selon la SEC, le gendarme boursier américain.

"En termes de pertes financières, il y a eu des cas de fraudes bien plus importants dans l'industrie de la santé. Mais en termes d'intérêt et d'attention médiatique, c'est l'un des plus gros dossiers de la décennie", note Jason Mehta, avocat et ancien procureur spécialiste des affaires de fraude dans la santé.

Reporté à plusieurs reprises -- notamment parce que l'accusée a eu un enfant début juillet --, le procès doit s'ouvrir le 7 septembre et durer plusieurs mois.

- La fin "justifie les moyens" -

Sur la liste de potentiels témoins, on trouve des noms connus, comme l'ancien secrétaire d'Etat Henry Kissinger et l'ancien ministre de la Défense James Mattis, qui ont fait partie du conseil d'administration de Theranos.

Le magnat des médias Rupert Murdoch y apparaît aussi, pour son investissement dans la start-up. Ironie de l'histoire, il possède notamment le Wall Street Journal, le quotidien américain qui, le premier, avait éveillé les soupçons sur une potentielle escroquerie, fin 2015.

Des patients victimes d'analyses défectueuses pourraient également être appelés à la barre, pour raconter comment ils ont vécu de mauvais diagnostics de cancer, de sida ou encore de grossesses.

Les avocats de la défense tentent de s'y opposer, de peur que l'émotion n'influence le jury outre mesure.

Pour Jason Mehta, c'est un argument non négligeable mais "ces témoignages donnent corps aux affaires. Ils montrent que les accusations du gouvernement portent sur des dommages réels pour des personnes, au-delà des crimes financiers."

D'autant que le parquet ne pourra pas fonder son argumentation sur la base de données du laboratoire de Theranos.

Celle-ci a bien été remise sur un disque dur au gouvernement en août 2018, mais l'entreprise a ensuite été démantelée, ainsi que ses serveurs, rendant impossible la lecture de la copie.

Le témoignage le plus attendu reste celui d'Elizabeth Holmes elle-même, si elle décide de s'exprimer.

Selon John Carreyrou, le journaliste du Wall Street Journal qui a révélé le scandale et en a tiré un livre, la dirigeante croyait véritablement à sa vision d'analyses sanguines faciles, rapides et pas chères.

"Elle savait qu'elle mentait par moments, mais sa fin noble lui semblait justifier les moyens", a-t-il déclaré début juillet à la chaîne américaine CNBC.

- Restons sérieux -

La jeune femme blonde combative qui fascinait bien au-delà de la Silicon Valley a connu une chute d'autant plus brutale que sa fortune était évaluée à 3,6 milliards de dollars par Forbes en 2014. C'était alors la plus jeune milliardaire n'ayant pas hérité de sa fortune. 

"Elle a une tolérance incroyable pour le risque. Dans sa situation, 99% des gens auraient choisi de plaider coupable (et évité le procès, ndlr), mais elle préfère tenter le tout pour le tout au tribunal", a ajouté John Carreyrou.

En 2018, la SEC avait présenté l'affaire comme une "leçon" pour la Silicon Valley, une sorte d'avertissement contre la culture du "Fake it till you make it" -- "Fais semblant le temps de réussir".

Mais la plupart des fonds d'investissements spécialisés dans les biotechnologies ou la santé se sont tenus largement à distance de la start-up bravache.

"On me pose souvent la question, comment éviter le prochain Theranos?", raconte Jenny Rooke, la fondatrice de Genoa Ventures, qui investit notamment dans des solutions de diagnostics.

"J'essaie alors de ne pas rire", dit celle qui était déjà convaincue à l'époque que le projet était voué à l'échec. "Les experts voient le fossé entre les prétentions et ce qui est possible ou pas. De nombreux signes ont fait fuir les professionnels: pas de publication examinée par des scientifiques, pas d'experts impliqués et le manque de transparence, notamment."

Ramesh "Sunny" Balwani, l'ancien président de Theranos, doit aussi être jugé mais séparément, en janvier 2022.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.