Prix du gaz : la hausse des prix "va durer quelques mois", selon Bruno Le Maire

Prix du gaz : la hausse des prix "va durer quelques mois", selon Bruno Le Maire
Bruno Le Maire à Paris, le 22 septembre 2021.

publié le mardi 28 septembre 2021 à 09h29

Le ministre s'est inquiété d'une répercussion sur le prix de l'électricité dès le mois de janvier 2022.

Alors que le régulateur de l'énergie a annoncé une nouvelle flambée du tarifs réglementés du gaz au 1er octobre, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire a prévenu mardi 28 septembre que les hausses allaient encore se poursuivre pendant "quelques mois".

"La hausse va probablement durer quelques mois, a expliqué le ministre sur CNews. Parce que la croissance redémarre fort partout dans le monde, notamment en Chine, qui a des problèmes de stocks, des problèmes d'approvisionnement."

"Et donc on a effectivement une augmentation très forte, qui suscite une inquiétude, parfaitement légitime de nos compatriotes, a-t-il encore reconnu.

Ils voient la facture de gaz flamber, ils s'inquiètent et il savent aussi que le risque, c'est d'avoir une répercussion sur les prix de l'électricité au début de l'année 2022."


Le gouvernement a "parfaitement conscience" du problème posé par cette "hausse historique" des prix du gaz. Selon Bruno Le Maire, cela peut représenter 350 à 400 euros en plus sur la facture annuel de gaz des ménages. Il a rappelé que le gouvernement avait mis en place le chèque énergie, "150 euros versés au printemps", et un nouveau versement de 100 euros en décembre pour 6 millions de personnes. Au printemps prochain, 150 euros seront de nouveau versés.

Après avoir augmenté mois après mois pendant l'été, les tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie vont une nouvelle fois bondir de 12,6% TTC au 1er octobre. Cette nouvelle flambée s'inscrit dans le sillage de la hausse des cours sur le marché, a annoncé lundi la Commission de régulation de l'énergie (CRE). "Cette évolution résulte de la hausse, historique, des prix du gaz sur le marché mondial qui se répercute sur les coûts d'approvisionnement du fournisseur de gaz Engie", explique la CRE

Les prix de l'énergie ont nettement augmenté ces derniers mois en France, comme dans le reste du monde, essentiellement en raison de la reprise économique post-Covid. Les tarifs réglementés du gaz ont ainsi subi une hausse de 8,7% au 1er septembre, après plus de 5% en août et près de 10% en juillet. Du côté de l'électricité flambent sur les marchés de gros, faisant craindre une très forte hausse en février 2022. Les tarifs réglementés du gaz ont ainsi augmenté de 15,8% depuis début 2019, avec une série de récentes hausses.

"La France ne dispose pas de gaz sur son territoire et importe 99 % de sa consommation, elle est donc exposée, comme le reste de l'Europe, aux variations des prix de marché européens et mondiaux", précise la CRE.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.