Prix des carburants : Bruno Le Maire ne ferme pas la porte à de nouvelles mesures

Prix des carburants : Bruno Le Maire ne ferme pas la porte à de nouvelles mesures©Eric PIERMONT / AFP

publié le lundi 24 janvier 2022 à 14h05

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a en revanche écarté de "baisser la fiscalité sur les carburants", sur le plateau de France Info ce lundi 24 janvier.

"Est-ce qu'on peut aller plus loin que l'indemnité inflation ? (...) pourquoi pas", a estimé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, après la hausse des prix des carburants, sur France Info. S'il "écarte" toute baisse de la TVA, il a estimé qu'"on peut envisager une mesure spécifique pour les personnes qui n'ont d'autre choix que de prendre leur véhicule pour travailler".



II a en revanche écarté de "baisser la fiscalité sur les carburants". "Je ne pense pas que ce soit la bonne solution, d'abord parce que les Français n'en verront pas la couleur : pour 10 centimes de baisse, ça coûte 5 milliards d'euros et ça fait 5 euros en moins sur le plein", a expliqué le ministre.

"Il suffit que l'essence augmente encore un peu plus derrière pour qu'on n'en voit pas la couleur", a-t-il ajouté.

"Les meilleures années de la France sont devant elle"

Bruno Le Maire a également réagi aux inquiétudes formulées par le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, face au niveau de la dette publique en France, qui atteint désormais 115% du PIB.

"Il a raison", a estimé le ministre.

"Avec Olivier Dussopt (ministre délégué chargé des Comptes publics, ndlr), nous avons fait le choix de consacrer l'intégralité des recettes fiscales supplémentaires de 2021 au désendettement et à la réduction du déficit. C'est un choix courageux et responsable", a-t-il fait savoir.

"Il faut continuer à désendetter le pays. Nous avons, avec le président de la République, défini une trajectoire très claire : nous repassons sous les 3% de déficit en 2027, et nous baissons la dette publique française", a continué le ministre de l'Economie.

"Nous n'avons jamais augmenté les impôts durant le quinquennat, et nous sommes la majorité qui a le plus baissé les impôts en trois décennies en France : 25 milliards d'euros pour les ménages, 25 milliards d'euros pour les entreprises, et des baisses d'impôts qui touchent tous les Français. Quand vous supprimez la taxe d'habitation, c'est tous les Français qui sont touchés", a fait valoir Bruno Le Maire.

"Nous voulons plus de croissance grâce à la baisse des impôts, pour désendetter, en accompagnant cela de réformes de structures, l'assurance chômage et l'assurance retraite", a martelé le ministre.

Puis d'ajouter : "Je pense véritablement que les meilleures années de la France sont devant elle. Nous avons la possibilité d'atteindre le plein emploi, pour la première fois depuis un demi-siècle. La vraie réponse de long terme, c'est le plein emploi qualifié, bien payé, et nous sommes, grâce au président de la République, sur cette voie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.