Patience à la Fed, la suite du programme devrait encore se faire désirer

Chargement en cours
Le bâtiment de la Fed à Washington le 6 août 2021
Le bâtiment de la Fed à Washington le 6 août 2021
1/3
© AFP, Daniel SLIM

publié le lundi 20 septembre 2021 à 08h40

La réunion monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) cette semaine suscite beaucoup d'attentes, mais ce n'est pas encore cette fois-ci que devrait être annoncé le calendrier du ralentissement des achats d'actifs, anticipent les économistes.

"Malgré un ralentissement marqué de l'activité économique (...), la Fed continuera de se préparer à la réduction (des achats d'actifs) lors de sa réunion", estime Kathy Bostjancic, économiste pour Oxford Economics.

L'analyste s'attend toutefois à ce que "les décideurs annoncent officiellement des plans de réduction progressive lors de la réunion de novembre et commencent la diminution en décembre ou janvier", a-t-elle précisé dans une note.

Entre une reprise économique contrariée par le variant Delta, en effet, et des créations d'emplois très décevantes en août, la situation est loin de s'améliorer aussi vite que prévu.

Et les membres du Comité monétaire de la Fed voudront sans doute se donner quelques semaines supplémentaires avant de diminuer les injections de liquidités, qui avaient soutenu l'économie pendant la crise liée à la pandémie. Quand bien même l'inflation, elle, reste élevée, malgré de premiers signes de ralentissement.

Un communiqué de presse sera publié mercredi à 14H00 (18H00 GMT) à l'issue de la réunion, et sera suivi d'une conférence de presse du président de la Fed Jerome Powell à 14H30 (18H30 GMT).

- "Au moins un signal" -

Quoiqu'il en soit, le mouvement est lancé pour réduire les achats de bons du Trésor et autres titres, actuellement de 120 milliards de dollars par mois, et ce n'est plus qu'une question de mois.

"Le train du resserrement monétaire a déjà quitté la station lors de la dernière réunion", fin juillet, a indiqué à l'AFP Roberto Perli, responsable de politique internationale pour Cornerstone Macro.

"Nous devrions avoir au moins un signal indiquant que nous approchons du début du resserrement", a-t-souligné.

Si les achats d'actifs devraient bientôt commencer progressivement à être réduits, les taux directeurs, eux, devraient rester encore un moment dans la fourchette exceptionnellement basse de 0% à 0,25%, où ils avaient été abaissés en mars 2020.

Jerome Powell "cherchera une fois de plus à dissocier le moment de la diminution de celui du décollage des taux", anticipe ainsi Kathy Bostjancic.

Mais le "nuage de points", qui montre à quel moment chacun des membres du Comité monétaire pense qu'il sera judicieux de commencer à relever ces taux d'intérêt, sera mis à jour. Lors des dernières estimations, réalisées lors de la réunion de juin, la majorité des responsables de la Fed anticipait une première hausse des taux en 2023.

Son homologue européenne, la BCE, fera le point en décembre sur sa politique monétaire. Elle a vient d'annoncer un ralentissement "modéré" du volume de rachats de dette publique et privée sur le marché dans les prochains mois, mais a maintenu à zéro son principal taux d'intérêt, et conserve le taux négatif de 0,50% sur les dépôts que les banques commerciales lui confient au lieu de les prêter à leurs clients. 

- Powell reconduit ou remplacé ? -

Les membres du Comité monétaire de la Réserve fédérale actualiseront également leurs prévisions économiques, en termes de croissance, emploi et inflation.

"Je m'attends principalement à une déclaration de statu quo avec une révision à la baisse des prévisions en raison du ralentissement de la croissance et une légère amélioration des prévisions en ce qui concerne l'emploi", a indiqué à l'AFP l'économiste Joseph Brusuelas, de RSM.

Jerome Powell, lui, attend toujours de savoir quel sort lui réserve le président américain Joe Biden.

Choisira-t-il de lui accorder un second mandat de quatre ans à la tête de la Fed ? Ou préfèrera-t-il le remplacer, selon toute vraisemblance par la seule gouverneure démocrate de l'institution monétaire, Lael Brainard ?

Son mandat expire début février, et la décision devrait donc être annoncée dans les semaines à venir.

Traditionnellement, le président de la Réserve fédérale est reconduit pour un second mandat de quatre ans. Mais le président républicain Donald Trump avait rompu avec cette tradition en nommant Jerome Powell à la place de Janet Yellen.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.