La Bourse de Tokyo finit en forte hausse avec l'annonce du retrait du Premier ministre japonais

Chargement en cours
L'indice vedette de la Bourse de Tokyo, le Nikkei, a grimpé de plus 5% sur l'ensemble de la semaine
L'indice vedette de la Bourse de Tokyo, le Nikkei, a grimpé de plus 5% sur l'ensemble de la semaine
1/2
© AFP, Charly TRIBALLEAU

publié le vendredi 03 septembre 2021 à 10h02

La Bourse de Tokyo a clôturé vendredi en forte hausse, après avoir nettement progressé dans la foulée de l'annonce en milieu de journée du retrait du Premier ministre du Japon Yoshihide Suga, très impopulaire à cause de la crise sanitaire s'éternisant dans le pays.

L'indice vedette Nikkei s'est apprécié de 2,05% à 29.128,11 points, bouclant au passage une cinquième séance de hausse d'affilée lui permettant d'inscrire une progression de 5,3% sur l'ensemble de la semaine écoulée.

De son côté l'indice élargi Topix a gagné 1,61% pour s'établir à 2.015,45 points, atteignant son plus haut niveau depuis plus de 30 ans et franchissant la barre symbolique des 2.000 points en clôture pour la première fois depuis mars.

M. Suga a annoncé vendredi qu'il ne se représenterait pas à la tête de sa formation politique, le Parti libéral-démocrate (PLD), lors d'une élection interne prévue fin septembre peu avant des élections législatives, ce qui va aussi mettre fin à son mandat de Premier ministre.

Il s'agit d'une surprise car il était considéré jusqu'alors comme le grand favori de l'élection interne du PLD. Il affichait toutefois des records d'impopularité du fait de la gestion laborieuse de son gouvernement de la pandémie au Japon.

"C'est un plus pour les valeurs" boursières japonaises, car "un nouveau dirigeant entraîne des attentes quant à de nouvelles mesures" pour la reprise économique et la lutte contre le Covid-19, a réagi Naoki Fujiwara, un responsable de la firme de gestion de portefeuille Shinkin Asset Management cité par l'agence Bloomberg.

L'abandon de M. Suga laisse un seul candidat déclaré pour l'heure pour prendre la tête du PLD: Fumio Kishida, 64 ans, ancien ministre des Affaires étrangères de 2012 à 2017 qui a notamment promis un nouveau plan de relance budgétaire s'il devenait Premier ministre. Mais d'autres candidats pourraient surgir: le populaire ministre de la Réforme administrative Taro Kono, 58 ans, compte entrer en lice, selon la chaîne TBS.

A Hong Kong, l'indice Hang Seng était dans le rouge en fin de séance (-0,9% vers 07H20 GMT), et les indices composites de Shanghai et Shenzhen ont terminé en baisse.

Du côté des valeurs

Tous les secteurs d'activité sur le Nikkei ont bondi vendredi, surtout la santé, les matériaux, les nouvelles technologies ou encore l'immobilier. 

Le groupe de prêt-à-porter FAST RETAILING, poids lourd de l'indice, était mal parti en matinée après avoir fait état jeudi d'une dégringolade de près de 39% des ventes de sa marque phare Uniqlo au Japon en août, du fait d'une météo pluvieuse et de la tendance des consommateurs nippons à moins sortir à cause du Covid-19. Mais le titre a finalement grimpé de 1,95% à 74.630 yens à la clôture.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen ne baissait que légèrement par rapport au dollar, les cambistes se montrant prudents avant les chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis, attendus plus tard ce vendredi.

Vers 07H40 GMT un dollar valait 110,02 yens contre 109,94 jeudi à 21H00 GMT. L'euro grimpait à 130,68 yens, contre 130,56 yens la veille, mais était stable face au billet vert, à 1,1876 dollar contre 1,1875 dollar jeudi.

Le marché du pétrole refluait un peu, après ses gains importants jeudi dans le sillage de l'ouragan Ida, qui a fortement perturbé la production d'or noir dans le Golfe du Mexique. 

Vers 07H30 GMT, le prix du baril américain de WTI cédait 0,24% à 69,82 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord reculait de 0,05% à 72,99 dollars.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.