La Bourse de Paris recule de 0,77%

La Bourse de Paris recule de 0,77%
Photo d'illustration du CAC 40
A lire aussi

publié le vendredi 24 septembre 2021 à 09h56

La Bourse de Paris reculait de 0,77% vendredi, marquant une pause pour finir cette semaine à forte volatilité en raison des déboires du géant chinois de l'immobilier Evergrande.

A 09H40, l'indice vedette CAC 40 perdait 51,44 points à 6.650,54 points. Les trois jours précédents, il avait enregistré de nettes hausses.

"En cette dernière séance de la semaine, les marchés devraient consolider les gains des séances précédentes", prévoit Tangi Le Liboux, stratégiste chez Aurel BGC.

Les inquiétudes sur la situation du géant chinois de l'immobilier ultra-endetté Evergrande pourraient à nouveau freiner les marchés puisque l'entreprise n'a donné aucune information sur le versement d'intérêts aux détenteurs d'obligations dont l'échéance de paiement était jeudi. 

Néanmoins la société dispose d'un délai de 30 jours avant d'être considérée comme en défaut de paiement. 

Selon plusieurs médias, les autorités chinoises de régulation des marchés financiers ont donné jeudi aux dirigeants d'Evergrande une série d'instructions, en leur demandant notamment d'éviter un défaut de paiement sur leur dette libellée en dollars.

A ce stade, les dirigeants chinois n'ont fait aucun commentaire sur la manière dont ils entendent gérer la crise, qui suscite l'incertitude dans les salles de marché. Un non remboursement de la dette abyssale de 260 millions d'euros du groupe pourrait provoquer un fort ralentissement des secteurs du bâtiment en Chine et des remous sur les marchés mondiaux.

Mais pour l'instant, les observateurs ont le sentiment qu'il n'y aura pas de "moment Lehman", comme lorsque la faillite du titan de Wall Street, Lehman Brothers, en 2008, a provoqué un effondrement des marchés mondiaux.

Le principal événement de la séance sera la prise de parole de Jerome Powell, président de la Réserve fédérale (Fed), lors d'un débat organisé par la banque centrale à 14H00 GMT.

L'institution a confirmé mercredi qu'un début de normalisation de sa politique monétaire était pour "bientôt", une nouvelle bien accueillie par les marchés. 

"Les investisseurs font confiance aux Banques centrales, dont l'extrême prudence n'est pas prête de s'envoler. Les banquiers centraux ont réussi à ancrer l'idée que la normalisation de la politique monétaire est sur les rails", estime Tangi Le Liboux.

Du côté des indicateurs, les prix à la consommation au Japon ont stagné en août sur un an après douze mois consécutifs de recul.

En France, la dette publique est retombée à 114,9% du PIB fin juin après un pic à 118,1% fin mars, a rapporté l'Insee.

Ce vendredi, les investisseurs guetteront l'indice IFO du moral des entrepreneurs en Allemagne, où se déroulent par ailleurs des élections législatives ce week-end.

Premiers pas réussis pour Antin

L'action du fonds d'investissement dédié aux infrastructures Antin valait 30,50 euros pour son premier jour de cotation, soit une hausse de 27,08% par rapport au prix d'introduction fixé à 24 euros. Cette introduction à la Bourse de Paris a permis à Antin de lever 550 millions d'euros et le valorise à environ 4,1 milliards d'euros.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.