La Bourse de Paris ploie sous le poids de prises de bénéfices

La Bourse de Paris ploie sous le poids de prises de bénéfices
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

publié le lundi 20 septembre 2021 à 09h53

La Bourse de Paris chutait de 1,66% lundi matin, avant une semaine chargée sur le plan de la politique monétaire et face aux échéances financières du très endetté promoteur immobilier chinois Evergrande.

A 9H,20 l'indice CAC 40 perdait 109,03 points, à 6.461,16 points. Vendredi, la cote parisienne avait déjà baissé de 0,79%.

Cette semaine sera dominée par les décisions des banques centrales mondiales, avec en tête la Réserve fédérale, mais aussi des pays comme la Norvège, le Japon, le Royaume-Uni et la Suisse.

"Les investisseurs seront principalement attentifs à la Réserve fédérale américaine, alors que Jerome Powell est attendu sur la notion transitoire de l'inflation, les perspectives économiques aux Etats-Unis, surtout après les derniers bons chiffres publiés la semaine dernière, mais avant tout sur l'avenir de la politique monétaire et le calendrier du prochain +tapering+ (réduction des rachats d'actifs)", souligne Vincent Boy, analyste chez IG France.

"La Chine sera également surveillée avec les craintes de voir le parti poursuivre sa régulation des grandes sociétés et le secteur de l'immobilier pourrait être sa nouvelle cible principale, alors que le second promoteur immobilier chinois Evergrande, fait face à de plus en plus de difficultés face à sa dette", ajoute l'expert.

Le groupe, dont l'endettement s'élève à plus de 300 milliards de dollars, doit régler lundi et jeudi une partie des intérêts des prêts et obligations. Beaucoup s'inquiètent des éventuelles répercussions sur les entreprises du secteur immobilier, les banques et les petits investisseurs en Chine.

Les opérateurs de marché auront aussi les yeux rivés vers le Congrès américain, qui a la prérogative de relever le plafond de l'endettement du pays.

La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen a vigoureusement plaidé dimanche pour que le Congrès relève le plafond de la dette au risque de provoquer "une crise financière historique". La semaine dernière, les services du Trésor ont indiqué que les Etats-Unis seraient à court d'argent "au cours du mois d'octobre".

Les banques dans le rouge

Société Générale (-4,51% à 24,88 euros), BNP Paribas (-3,60% à 51,61 euros) et Crédit Agricole (-3,14% à 11,29 euros) tiraient la cote vers le bas.

ArcelorMittal  

Le titre, malmené comme le reste du secteur minier depuis ces dernières séances, enregistrait la plus forte baisse (-5,26% à 25,78 euros) au sein du CAC 40.

Contrat australien pour Alstom

Le constructeur français (-0,59% à 32,05 euros) a signé un contrat pour fournir 25 trains de banlieue à Melbourne, la deuxième ville la plus peuplée d'Australie, pour un montant de 300 millions d'euros.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.