La Bourse de Paris finit en hausse de 0,37%

La Bourse de Paris finit en hausse de 0,37%
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris
A lire aussi

publié le jeudi 29 juillet 2021 à 18h24

La Bourse de Paris a fini dans le vert jeudi, se rapprochant de ses plus hauts annuels à la faveur du message accommodant délivré par la Banque centrale américaine (Fed) la veille, de bons résultats d'entreprises et d'une accalmie du côté de la Chine.

L'indice vedette CAC 40 a pris 0,37% à 6.633,77 points. Il est monté en séance jusqu'à 6.671,12 points, non loin de son plus haut annuel atteint le 18 juin (6.687,29 points).

La veille, il avait gagné 1,18%.

Après un début de semaine marqué par l'attentisme, "les esprits libérés par la Fed ont permis au CAC 40 de repasser au-dessus des 6.600 points", souligne auprès de l'AFP Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

La publication d'une croissance américaine moins forte qu'attendu au deuxième trimestre est d'ailleurs venue plutôt conforter le message de la Fed, selon laquelle il faut que l'économie soit tirée d'affaire avant d'envisager un quelconque resserrement monétaire.

Par ailleurs, "la microéconomie a quand même pas mal repris de poids cette semaine, qui est la plus chargée du trimestre" en terme de publications, ajoute M. Tuéni.

Nous avons en outre eu "une séance plutôt d'accalmie sur les Bourses chinoises, ce qui a aussi posé des bases plutôt rassurantes pour les investisseurs", complète M. Tuéni.

La presse officielle en Chine a tenté de rassurer les marchés après un tour de vis réglementaire de Pékin contre plusieurs secteurs, qui a fait dévisser les Bourses du pays ces dernières séances.

Danone en tête du CAC 40

Les investisseurs ont salué (+6,45% à 60,86 euros) l'annonce par Danone que la plupart des membres de son conseil d'administration quitteront leurs fonctions d'ici à 2023, dont l'ex-PDG Franck Riboud.

Orange lanterne rouge

Le géant français des télécoms a perdu 3,26% à 9,31 euros. Orange a enregistré une perte nette de 2,76 milliards d'euros au premier semestre, en raison principalement d'une dépréciation d'actifs en Espagne, malgré des ventes en hausse de 1,5%.

Pas de réforme pour EDF

Le grand projet de réforme d'EDF (-3,46% à 10,46 euros) n'aboutira pas avant la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron l'an prochain, un report mis sur le compte de désaccords avec la Commission européenne. Le PDG du groupe, Jean-Bernard Lévy, a dit regretter que cette réforme "indispensable pour EDF ne puisse se conclure maintenant". Le groupe est par ailleurs revenu dans le vert au premier semestre, avec un bénéfice net de 4,172 milliards d'euros. 

Bic en forme

Le géant des stylos, briquets et rasoirs jetables a profité (+4,80% à 57,90 euros) de résultats en nette progression au premier semestre, l'amenant à revoir à la hausse ses objectifs de ventes pour l'année. 

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.