La Bourse de Paris cède 0,79% face aux craintes sur la reprise économique et l'inflation

La Bourse de Paris cède 0,79% face aux craintes sur la reprise économique et l'inflation
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris
A lire aussi

publié le vendredi 17 septembre 2021 à 18h04

La Bourse de Paris a terminé en nette baisse de 0,79% vendredi, dans une séance volatile où les préoccupations autour de l'inflation et sur la consommation aux États-Unis ont pesé sur les investisseurs. 

L'indice vedette CAC 40 a perdu 52,40 points à 6.570,19 points. Sur la semaine, il a cédé 1,40%, mais conserve un gain de 18,35% depuis le 1er janvier. 

Après une ouverture en nette hausse, la cote parisienne a de nouveau buté sur les 6.700 points, "un seuil technique important", a commenté Edouard de Kerhor, gérant chez Milleis banque. 

La séance dite "des quatre sorcières", car marquée par l'expiration combinée des contrats à terme et des options d'achat sur les indices boursiers et sur les actions individuelles, a été comme de coutume particulièrement volatile. 

"On perçoit quelques tensions sur les marchés. Certes, il y a encore un plan de dépenses américain", en discussion au Congrès, "et des moyens considérables", notamment des banques centrales mais "le marché est conscient que les haut niveaux de valorisation, ne se justifient que si les perspectives de croissance sont élevées", explique M. Kerhor. 

Or, les signes d'affaiblissement de l'économie se multiplient un peu partout dans le monde, de la Chine aux Etats-Unis. Vendredi, la confiance des consommateurs américains pour septembre est ressortie légèrement inférieure aux prévisions des économistes, toujours à un niveau faible. La consommation est le moteur le plus important de la croissance aux Etats-Unis.  

Par ailleurs, l'inflation continue d'être surveillée: celle en zone euro a été de 3% sur un an en août, a indiqué Eurostat vendredi, confirmant sa publication préliminaire. 

Les institutions monétaires assurent pour le moment que ce haut niveau est transitoire.

Les investisseurs sont en attente "d'un calendrier et de perspectives claires" de la part des banques centrales, à commencer par la réserve fédérale américaine, dont la réunion monétaire est prévue mardi et mercredi. 

Elle pourrait annoncer la date et l'étendue de la réduction de son soutien aux marchés via des rachats d'actifs, qui ont contribué au rebond des cours depuis un an et demi. 

Le luxe retrouve un peu de prestige

Les valeurs du luxe ont repris quelques couleurs après une mauvaise semaine, en raison des craintes sur la consommation et la régulation en Chine: Kering a gagné 2,36% à 637,20 euros (-8,50% sur la semaine), Hermès 1,39% à 1.277,50 euros (-1,88%), et LVMH 0,48% à 631 euros (-5,26%).

BNP Paribas Fortis cède 2% du capital d'Euronext

L'action Euronext a reculé de 1,99% à 103,20 euros alors que BNP Paribas Fortis a annoncé avoir cédé 2% du capital de l'opérateur boursier pour un montant d'environ 220 millions d'euros.

Respiration pour TotalEnergies

A l'image des prix du pétrole, un peu en recul vendredi mais en forte hausse sur la semaine, le géant pétrolier TotalEnergies a terminé en baisse de 0,85% à 38,39 euros, mais a connu la meilleure performance de l'indice CAC 40 sur l'ensemble de la semaine (+4,80%). 

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.