L'aéroport londonien de Gatwick veut relancer son projet de 2e piste

L'aéroport londonien de Gatwick veut relancer son projet de 2e piste
Des avions au sol à l'aéroport londonien de Gatwick, le 1er mai 2020

publié le mercredi 25 août 2021 à 16h18

L'aéroport londonien de Gatwick, le deuxième plus important du Royaume-Uni, a annoncé mercredi vouloir relancer son projet de deuxième piste, malgré les incertitudes sur la reprise du trafic aérien après la pandémie.

Gatwick, situé au sud de Londres, veut transformer sa piste de secours en vraie piste avec l'espoir d'être prêt pour 2030, selon un communiqué.

Il estime que cela lui permettrait de transporter 75 millions de passagers par an d'ici 2038, contre une capacité actuelle de 62 millions.

Même s'il a été laminé par la crise sanitaire et alors que le trafic de passagers ne se redresse que lentement, l'aéroport dit vouloir être prêt pour le retour à la normale.

"Nous sommes convaincus que Gatwick va non seulement retrouver les niveaux de passagers d'avant, mais a le potentiel de grandir pour devenir l'un des premiers aéroports d'Europe", explique son directeur général, Stewart Wingate.

Pour l'heure, Gatwick, ouvert en 1958, ne dispose que d'une seule piste et de deux terminaux. Sa piste de secours est utilisée seulement quand la piste principale est en maintenance, ou pour acheminer des avions vers les hangars.

Le projet, qui consiste à élargir sa piste de secours, va faire l'objet d'une consultation publique de septembre à décembre. Il devra à terme obtenir l'accord du gouvernement.

L'aéroport assure qu'il va limiter l'impact sur l'environnement, malgré la hausse du trafic espérée.

Gatwick avait dû fermer un terminal et réduire drastiquement ses activités à cause de la pandémie et des restrictions aux déplacements.

Au cours des sept premiers mois de l'année, seul 1 million de passagers ont fréquenté Gatwick. Il avait atteint ce niveau en seulement 10 jours en 2019.

L'aéroport est détenu depuis 2019 à 50,01% par Vinci Airports, filiale du géant français du BTP et des concessions Vinci. Le fonds américain Global Infrastructure Partners (GIP) détient les 49,99% restants.

Gatwick entend prendre sa revanche après avoir vu son projet retoqué en 2016 par le gouvernement britannique qui avait préféré alors autoriser la construction d'une troisième piste à l'aéroport d'Heathrow, le plus grand du pays, situé à l'ouest de Londres.

Ce projet d'Heathrow est toutefois controversé et a fait l'objet d'une longue bataille judiciaire à cause de la pollution environnementale et sonore attendue.

Il a été validé fin 2020 par la Cour suprême britannique malgré un jugement en appel qui l'avait bloqué pour des raisons environnementales.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.