Forte baisse du chômage en France au troisième trimestre

Forte baisse du chômage en France au troisième trimestre
(illustration)
A lire aussi

publié le mercredi 27 octobre 2021 à 12h58

Le nombre de chômeurs en catégorie A a retrouvé son niveau d'avant-crise sanitaire, selon les derniers chiffres publiés par la Direction des statistiques, mercredi 27 octobre.

Le nombre de chômeurs (catégorie A) s'est effondré à 3,544 millions au troisième trimestre en France (hors Mayotte), enregistrant une baisse de 5,5%, soit 206.000 inscrits en moins, selon les chiffres du ministère du Travail publiés mercredi 27 octobre. En incluant l'activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d'emploi est en baisse de 1,9% et s'établit à 5,871 millions, selon la Direction des statistiques (Dares).

Le nombre de chômeurs en catégorie A se situe juste en dessous de son niveau d'avant-crise, avec 5.200 demandeurs d'emploi en moins par rapport au 4e trimestre 2019.

Pour les catégories A, B et C, il reste supérieur à son niveau d'avant-crise (+124.100). Sur un an, la baisse en catégorie A est de -9,7%, tandis qu'elle est de -3,6% pour les catégories A, B et C. La baisse en catégorie A concerne toutes les régions et est plus forte chez les jeunes de moins de 25 ans au 3e trimestre (-8,4% en France métropolitaine) que pour les autres tranches d'âge (-5,9% pour les 25-49 ans et -4,1% pour les 50 ans et plus).

Sur le front du chômage longue durée, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits depuis un an ou plus diminue de 3,3% au 3e trimestre (-0,4% sur un an), à 2,92 millions (catégories A, B et C). La proportion des demandeurs d'emploi de longue durée repasse sous la barre des 50% à 49,8%. Les derniers résultats trimestriels publiés fin juillet avaient fait état d'une baisse plus modérée du chômage au 2e trimestre (-1,3% en catégorie A). Les chiffres du troisième trimestre viennent confirmer d'autres indicateurs favorables publiés récemment. Le nombre de déclarations d'embauche de plus d'un mois (hors intérim) a notamment continué de progresser sur un rythme soutenu au troisième trimestre (+11,4%), a indiqué l'Urssaf récemment.

Le 22 octobre dernier, le Conseil d'Etat a rejeté le recours des syndicats demandant la suspension du nouveau calcul de l'allocation chômage entré en vigueur le 1er octobre. Contrairement à ce qu'il avait estimé en juin, le Conseil d'Etat juge que "la tendance générale du marché de l'emploi ne constitue plus un obstacle à la mise en place de la réforme". "C'est une réforme importante qui va encourager le travail au moment où notre économie repart très fort", a réagi aussitôt la ministre du Travail Elisabeth Borne auprès de l'AFP.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.