Forcer les employés à se faire vacciner? Des entreprises américaines sautent le pas

Chargement en cours
Wall Street à New-York, le 15 juillet 2021
Wall Street à New-York, le 15 juillet 2021
1/2
© AFP, Angela Weiss

publié le vendredi 06 août 2021 à 21h13

De Wall Street à la Silicon Valley en passant par les abattoirs et le transport aérien, de plus en plus d'entreprises américaines se décident à imposer la vaccination à leurs employés, quitte à aller jusqu'à les licencier. 

La chaîne d'informations CNN a ainsi congédié trois salariés qui avaient enfreint sa politique sanitaire en venant travailler sans être immunisés contre le Covid-19. 

"Permettez-moi d'être clair: nous avons une politique de tolérance zéro à cet égard", a écrit le président de CNN Jeff Zucker, dans un mémo tweeté jeudi par un journaliste de la chaîne. 

Les entreprises ont en général longtemps hésité. 

Le patron de la compagnie aérienne United Airlines Scott Kirby avait indiqué dès janvier qu'il envisageait d'imposer l'injection vaccinale à tous les employés basés aux États-Unis. 

C'est seulement vendredi qu'il a finalement demandé à 67.000 salariés de se faire vacciner d'ici à la fin octobre. 

"Nous savons que certains d'entre vous ne seront pas d'accord avec cette décision", a-t-il écrit dans un message cosigné avec le responsable des affaires publiques de l'entreprise. 

"Mais notre plus grande responsabilité est d'assurer votre sécurité au travail et les faits sont clairs: tout le monde est plus en sécurité quand tout le monde est vacciné."

Selon l'agence fédérale américaine en charge du respect des lois contre la discrimination au travail (EEOC), les employeurs ont le droit d'exiger de leurs salariés se rendant sur leur lieu de travail de se faire vacciner, avec des exceptions pour raisons médicales ou objection religieuse.

CNN était, dans le cas où les conditions étaient bien prévues dans le contrat, en droit de licencier les employés n'ayant pas obéi aux règles, selon Eric Feldman, spécialiste du droit de la santé à l'université de Pennsylvanie. 

"Se mettre en danger en ne se faisant pas vacciner est imprudent, mais mettre les autres en danger est clairement contraire à l'éthique et dans de nombreux cas illégal", relève-t-il.

- Opposition politique -

A Wall Street, qui pousse depuis longtemps les employés à revenir au bureau, la banque d'affaires Morgan Stanley et le gestionnaire d'actifs BlackRock avaient indiqué dès juin que seuls les employés vaccinés auraient accès à leurs locaux. 

Dans la Silicon Valley, Google, Facebook et Microsoft ont pris des décisions similaires ces derniers jours. 

Le géant de la viande Tyson Foods a pour sa part annoncé mardi que le vaccin serait obligatoire pour tous ses salariés, dans les bureaux et les abattoirs, au 1er novembre.

Avec l'explosion des contaminations liées au variant Delta, "c'est le bon moment pour passer à l'étape suivante", a estimé Claudia Coplein, médecin en chef de l'entreprise.

Un peu moins de la moitié des salariés de Tyson Foods étaient jusqu'à présent vaccinés, suivant la moyenne du pays: la Maison-Blanche a annoncé vendredi que la moitié de la population américaine est désormais entièrement vaccinée.

Les entreprises "attendaient de voir combien d'employés se feraient d'abord vacciner d'eux-mêmes", avance Peter Cappelli, professeur de gestion à Wharton School. 

Si certaines compagnies sont encore réticentes à imposer le sérum, c'est surtout pour des raisons politiques selon lui: "il y a tant de gens qui pensent désormais qu'il est légitime de s'opposer au vaccin, que les employeurs craignent de se heurter à des oppositions politiques". 

Walmart par exemple, le premier employeur privé du pays, l'a rendu obligatoire pour les employés du siège, mais pas pour ceux des supermarchés et entrepôts.

Or "ces magasins sont principalement dans des zones rurales où les forces anti-vaccin sont plus prégnantes", remarque M. Cappelli.

Alors qu'il est actuellement compliqué de recruter dans certains secteurs, surtout aux salaires les plus bas, des employeurs ne veulent pas prendre le risque de rebuter d'éventuels salariés. 

"On espérait qu'on serait maintenant sorti de ce pétrin", souligne Michael Urban de l'Ecole des sciences de la santé à l'université de New Haven. "Mais ce n'est pas encore le cas car de nombreuses personnes ne font pas confiance au système."

Maintenant que certaines grandes entreprises ont un peu déminé le terrain, d'autres devraient suivre, prévoit-il.

Mais pour les petites sociétés qui peinent à survivre tout en devant se tenir au courant des changements de règles, il serait plus simple à ses yeux que les autorités prennent la décision d'imposer le vaccin à tous.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.