Covid-19 : pas de retour au "quoi qu'il en coûte", mais "quoi qu'il arrive, nous resterons présents" auprès des secteurs, promet Bruno Le Maire

Covid-19 : pas de retour au "quoi qu'il en coûte", mais "quoi qu'il arrive, nous resterons présents" auprès des secteurs, promet Bruno Le Maire©Eric PIERMONT / AFP

publié le dimanche 05 décembre 2021 à 16h14

"Nous sommes sortis du 'quoi qu'il en coûte', ce n'est pas pour y revenir", a fait valoir le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, sur Europe 1/Cnews/Les Echos ce dimanche 5 décembre.

La cinquième vague de Covid-19 et l'émergence du variant Omicron fait peser des risques sur certains acteurs économiques. Faut-il revenir à la politique du "quoi qu'il en coûte", qui a vu l'État venir au secours des secteurs frappés par les conséquences économiques de la pandémie dès le début de la crise sanitaire ? Pas pour Bruno Le Maire, ministre de l'Economie.



"Nous sommes sortis du 'quoi qu'il en coûte', ce n'est pas pour y revenir.

Il y a une stratégie sanitaire, il faut s'y tenir. Il y a une stratégie économique, il faut s'y tenir. C'est ça qui est efficace", a-t-il estimé au micro du Grand rendez-Vous Europe 1/Cnews/Les Echos ce dimanche 5 décembre.

"Nous avons accompagné tous ces secteurs depuis deux ans, et je m'en félicite, on n'a pas cramé la caisse. On a protégé des restaurateurs, des hôteliers, des directeurs d'établissements sportifs...", a continué Bruno Le Maire.

"Et aujourd'hui, la situation sanitaire pèse sur un certain nombre de secteurs très précis - je pense en particulier à l'évènementiel, aux restaurateurs, qui voient des annulations. (...) Je discute avec eux, on va regarder, chiffres à l'appui, ce que cela signifie sur le chiffre d'affaires de ces secteurs, et quoi qu'il arrive - plutôt que 'quoi qu'il en coûte' - nous resterons présents", a promis le ministre.

"Nous n'avons pas abandonné un seul restaurateur ni un seul patron d'événementiel depuis 2 ans. Nous ne laisserons tomber personne", a-t-il rappelé, avant d'ajouter : "On va regarder au cas par cas."

Omicron "peut ébranler la confiance" selon le FMI

La situation épidémique a un impact économique au niveau mondial. Un nombre toujours grandissant de pays signalent des cas du variant Omicron qui, même si l'OMS dit n'avoir à cette heure pas connaissance de cas mortels, inquiète au point que le Fonds monétaire international (FMI) envisage de réviser ses prévisions de croissance mondiale.

Ce nouveau variant a été recensé dans 38 pays et fait souffler un vent de panique sur la planète, poussant nombre de pays à durcir leurs mesures sanitaires mais aussi à fermer leurs frontières.

En se propageant aussi rapidement, Omicron "peut ébranler la confiance" et provoquer "probablement des révisions à la baisse de nos projections d'octobre pour la croissance mondiale", a indiqué vendredi la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva.

En octobre, le FMI avait déjà révisé en baisse ses prévisions de hausse du PIB mondial à 5,9% cette année, en raison notamment d'une vaccination inégale à travers le monde.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.