Une fédération fantôme et des logos vides : attention à cette affiche

Une fédération fantôme et des logos vides : attention à cette affiche

, publié le jeudi 07 janvier 2021 à 17h21

Une affiche partagée plusieurs centaines de fois depuis le 5 janvier et présentée comme émanant d'une "Fédération suisse de la protection vaccinale" conseille à la population d'attendre avant de se faire vacciner. Ce visuel, qui reprend la charte graphique de l'office de santé publique suisse, peut apparaître comme un document officiel. Mais attention: cette fédération n'existe pas et les logos utilisés ne correspondent à rien. 

"Je ne me ferai pas vacciner", affirme une certaine "Dr Gisèle Werner" sur cette affiche, partagée plusieurs centaines de fois sur Facebook en deux jours. "Comme un grand nombre de mes confrères, je vous recommande d'attendre avant de vous faire vacciner", poursuit-elle.

En regardant bien l'affiche, une astérisque à côté de son nom renvoie à une note en bas de la page, qui indique en petits caractères que "le nom du docteur est fictif". 


Capture d'écran réalisée le 07/01/2021


Cette affiche a également été partagée plusieurs milliers de fois sur Twitter (1,2). Plusieurs internautes affirment l'avoir reçue "par message privé", ou "sur Whatsapp"

En bas à droite, une légende indique qu'il s'agit là d'une "campagne d'information", "soutenue par des citoyens et des médecins suisses conscients des risques inhérents à la vaccination". L'affiche aurait été émise par une certaine "Fédération Suisse de la protection vaccinale". 

En réalité, il ne s'agit pas d'un document officiel mais du détournement d'une affiche émise par l'Office fédéral de la santé publique suisse, responsable de la politique nationale de santé dans le pays. 

Le véritable visuel relaie le témoignage et la photo d'un - réel - médecin du Centre hospitalier universitaire de Lausanne, Solange Peters, qui déclare : "Je me ferai vacciner". Le Dr Peters a d'ailleurs retweeté un message diffusant cette affiche. 


Affiche originale émise par l'Office fédéral de la santé publique.


Le visuel partagé dans les publications que nous vérifions a été photoshopé pour ressembler à cette affiche officielle. "L'OFSP se distancie avec force du contenu du message", a déclaré à l'AFP Grégoire Gogniat, son porte-parole, dans un e-mail le 7 janvier 2021. 

Une affiche fabriquée de toutes pièces

L'AFP n'a trouvé aucune trace d'une organisation appelée la "Fédération suisse de la protection vaccinale". Une recherche sur un moteur de recherche avec ce nom précis ne mène d'ailleurs à aucun résultat. 

L'affiche reprend par ailleurs un logo proche, mais néanmoins différent, de celui utilisé par les institutions suisses: une croix blanche sur fond rouge.


Le logo du gouvernement suisse


Le logo de l'affiche qui circule sur Facebook

En outre, les logos affichés en bas à droite ne sont utilisés par aucune institution suisse. Le logo bleu à gauche est celui d'un programme américain appelé Mental Health Cooperative, qui vient en aide aux adultes souffrant de maladie mentale, selon leur site. 




Le logo à droite, sous lequel est écrit "Healthcare", est un logo générique utilisé par plusieurs pages Facebook, ici par exemple.




Le logo "Santé" est celui d'une entreprise polonaise spécialisée dans la distribution d'aliments de petits-déjeuners. 




L'AFP n'a pas retrouvé d'autres occurrences du dernier logo, mais ses couleurs bleue et verte rappellent celles de la plateforme d'information du gouvernement suisse Infovac. 

Quant à la photo du médecin, une recherche inversée d'image sur un moteur de recherche permet de la retrouver sur plusieurs banques d'images, ici par exemple, sous la légende "jeune infirmière asiatique". Elle apparaît également ici, sous un angle légèrement différent. 

Le vaccin est le meilleur moyen de réduire le nombre de cas sévères de Covid-19 

La campagne de vaccination a débuté le 23 décembre 2020 en Suisse, avec le vaccin Pfizer/BioNtech. 

Le texte partagé dans l'affiche sur Facebook contient certaines affirmations vraies : par exemple, le vaccin ne libère pas des gestes barrières.  

En effet, on ne sait pas encore si les vaccins font barrage à la transmission du virus, comme l'explique cette dépêche du 7 janvier 2021. Pour cette raison, l'Organisation Mondiale de la Santé avait indiqué le 14 décembre 2020 que les personnes vaccinées devraient garder leur masque. "La vaccination ne se substitue pas aux règles d'hygiène et de conduite", insiste le site de l'OFSP. 

Quant aux effets secondaires, les experts estiment que les essais cliniques menés sur des dizaines de milliers de volontaires à travers le monde ont écarté les risques majeurs de sûreté, mais que des effets secondaires plus rares, à plus long terme ou ne survenant que chez certains profils de patients, ne sont pas à exclure, comme l'explique cette dépêche AFP publiée cette semaine.  

Les autorités sanitaires américaines ont annoncé le 6 janvier 2021 qu'une personne sur environ 100.000 a manifesté une réaction allergique grave après avoir reçu une dose du vaccin de Pfizer-BioNTech contre le coronavirus, mais ont rappelé que les bénéfices de la vaccination restent bien supérieurs aux risques potentiels.

En outre, comme l'expliquaient plusieurs spécialistes dans ce précédent article, les vaccins dits "à ARN messager" ne modifient pas les gènes des patients.

Le vaccin protège de la maladie causée par le coronavirus et reste "à ce jour le moyen le plus efficace pour réduire le nombre de cas sévères de la maladie et de décès en Suisse", est-il expliqué sur le site de l'Office fédéral de la santé publique suisse. 


Capture d'écran réalisée sur le site de l'OFSP le 07/10/2021

L'OFSP recommande donc la vaccination, surtout pour les personnes à risque. 

"Ce n'est pas la première fois que la campagne de l'OFSP est détournée", a expliqué son porte-parole à l'AFP : "Cette façon de faire est inacceptable et viole la loi sur les droits d'auteur", a-t-il déclaré. "L'OFSP a donc sollicité son service juridique pour évaluer les éventuelles suites à donner", a ajouté Grégoire Gogniat. 

La campagne de vaccination a débuté dans la quasi-totalité de l'Europe. Au 6 janvier 2021, plus d'un million d'habitants de l'Union européenne avaient reçu une dose de vaccin contre le Covid-19,  selon un bilan établi par l'AFP. 

Comme d'autres pays, la Suisse a vu se développer un mouvement d'opposition au vaccin. Un collectif de citoyens a fondé le "Mouvement de liberté suisse", qui a notamment lancé une pétition contre la vaccination obligatoire. 

Le site de l'OFSP indique que la vaccination contre le Covid-19 est volontaire et "qu'aucune obligation n'est prévue".

L'AFP a déjà vérifié de nombreuses fausses informations liées au vaccin contre le Covid-19, ici ou ici par exemple. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.