Rumeurs infondées sur l'arrestation du pape François

Rumeurs infondées sur l'arrestation du pape François

, publié le lundi 11 janvier 2021 à 20h05

Le pape François arrêté au Vatican samedi 9 janvier 2021? Cette rumeur, aussi infondée que persistante, a été relayée des milliers de fois en deux jours, notamment par le mouvement complotiste pro-Trump  QAnon. Le pape est apparu à plusieurs reprises depuis samedi et le Vatican a indiqué à l'AFP que les activités se poursuivent normalement au palais apostolique.

Le pape François aurait été arrêté et serait "sous le coup de 80 chefs d'accusations dont trafic d'enfants, d'être humains, fraudes...". C'est ce qu'affirment des publications partagées plusieurs centaines de fois sur Facebook (1,2,3) et sur Twitter (1,2) depuis dimanche 11 janvier 2021. Cette rumeur circule égalemenr sur Tik Tok. 

Cette rumeur est apparue alors que le pape a annoncé samedi 9 janvier, le jour supposé de son arrestation, son intention de se faire vacciner dans le courant de la semaine. 


Capture d'écran réalisée le 11/01/2021 sur Facebook

L'information a été relayée par plusieurs sites appartenant à la mouvance QAnon, comme le site français Qactus.

QAnon est une mouvance conspirationniste d'extrême droite. Ses adeptes défendent l'idée que Donald Trump mène une guerre secrète contre une secte libérale mondiale composée de pédophiles satanistes. Alimentée par les peurs et boostée par les réseaux sociaux, cette mouvance a vu son influence grandir dans le contexte de la pandémie due au nouveau coronavirus: ses messages ont été relayés non seulement par des groupuscules d'extrême droite mais aussi par de nombreuses personnalités dans le monde médical ou politique, notamment parmi les pro-Trump.

Le dernier coup d'éclat auquel ont participé les partisans QAnon du président sortant américain est l'assaut du Capitole, le 6 janvier 2021.  Facebook a fermé il y a plusieurs mois plusieurs groupes QAnon sur son réseau et lundi 11 janvier,  Twitter a annoncé avoir "suspendu de façon permanente" 70.000 comptes affiliés à la mouvance depuis vendredi, pour les empêcher d'utiliser le réseau social à des fins violentes après les émeutes à Washington la semaine dernière.

Comme le soulignent de nombreux internautes, la publication proclamant l'arrestation du souverain pontif a également été partagée sur le réseau social Parler par Lin Wood, un avocat pro-Trump connu pour partager régulièrement de fausses informations : il avait notamment affirmé que les supporters de Trump entrés dans le Capitole le 6 janvier étaient en réalité des militants antifascistes. Une information fausse et vérifiée par l'AFP.  


Capture d'écran réalisée le 11/01/2021 sur Facebook

Son compte Twitter a depuis été supprimé, comme celui de milliers d'internautes affiliés à la mouvance Qanon. Lundi 11 janvier, Twitter a annoncé avoir "suspendu de façon permanente" 70.000 comptes, afin de les empêcher d'utiliser le réseau social à des fins violentes.

Quant au réseau social Parler, particulièrement prisé des militants conservateurs pro-Trump, il  a été mis hors ligne le 11 janvier 2021. La veille, Amazon avait décidé de couper l'accès du réseau social à ses serveurs en raison de son incapacité à  modérer les messages incitant à la violence.

Aucun signe d'une éventuelle arrestation du pape 

Dans sa publication sur Parler, Lin Wood a partagé un article publié sur le blog canadien anglophone "Conservative Beaver ("Castor Conservateur en français"), connu pour avoir déjà relayé des "fake news", qui affirme que le pape a été arrêté samedi par la police italienne et serait actuellement interrogé par Interpol. 

Selon l'article du blog canadien, le pape aurait été arrêté samedi  9 janvier et ferait face à quelque 80 accusations, allant de la fraude à la détention d'images pédopornographiques et au trafic d'êtres humains. 

Le pape s'est pourtant exprimé depuis la bibliothèque du palais apostololique dimanche 10 janvier à midi pour la prière de l'angélus, rapporte le portail d'information du Vatican. La vidéo a été diffusée en direct sur la chaîne Youtube du Vatican. 

Lundi 11 janvier, "les activités et audiences du pape se sont poursuivies comme prévu", a indiqué à l'AFP le porte-parole du Vatican, Matteo Bruni. La salle de presse du Vatican a par ailleurs publié la liste des personnes reçues par le pape lundi dans le palais apostolique. Jorge Mario Bergoglio (nom de naissance du pape François) a notamment reçu le cardinal argentin Leonardo Sandri, comme le montre cette photo transmise à l'AFP par le service de presse du Vatican. 


Cette photo prise et distribuée le 11 janvier 2021 par les médias du Vatican montre le pape François en audience privée avec le cardinal argentin Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les églises orientales, au Vatican. (Photo par Handout/ VATICAN MEDIA / AFP) (AFP / Handout)

La page twitter du pape François continue également à être alimentée depuis samedi.  

Rien ne confirme donc la théorie d'une éventuelle arrestation du pape.

L'article de Conservative Beaver contient par ailleurs des imprécisions : le blog cite Giuseppe Governale, ancien chef de la Direction de l'investigation antimafia en Italie, comme étant impliqué dans cette affaire alors que ce dernier a quitté son poste en septembre 2020. Il a été remplacé par Mauricio Vallone, comme l'indique le site de la Direction de l'investigation antimafia. 

La police italienne ne peut pas intervenir au Vatican

Contacté par l'AFP le 11 janvier 2021, le ministère de l'Intérieur italien a rappelé que le Vatican était un Etat étranger et que le ministère ne peut pas y entrer. 

Les relations entre les autorités italiennes et celles du Vatican sont régies par les accords du Latran, signés en 1929. Ce traité entérine la place de l'État de la cité du Vatican dans la communauté internationale. Le Vatican est soumis à la seule autorité du pape.

L'article 4 des accords du Latran  indique que par ailleurs que "La souveraineté et la juridiction exclusive que l'Italie reconnaît au Saint-Siège sur la Cité du Vatican implique cette conséquence qu'aucune ingérence de la part du Gouvernement italien ne pourra s'y manifester, et qu'il n'y aura pas là d'autre autorité que celle du Saint-Siège"

Il paraît donc très peu probable que la police italienne puisse intervenir au Vatican et arrêter son chef, a expliqué à l'AFP l'avocat Nicolas Angelet, professeur de droit international à l'Université Libre de Bruxelles, interrogé le 11 janvier 2021 : "L'Italie a par les accords du Latran reconnu le Vatican (plus exactement : le Saint-Siège) comme l'équivalent d'un Etat souverain, et le pape a le statut d'un chef d'Etat en exercice. En cette qualité, il ne peut pas être arrêté par un Etat étranger (l'Italie)", a-t-il indiqué par e-mail.  

Lors de l'arrestation de l'ancien ambassadeur du Vatican en France Luigi Ventura par les autorités françaises, le Vatican avait dû lever l'immunité du nonce apostolique afin que les services de police puissent procéder à son arrestation puis à sa condamnation, a rappelé Nicolas Angelet.

Un blackout au Vatican ?

Pour "preuve" d'une supposée arrestation du pape, certains internautes partagent une capture d'écran de la chaîne Youtube du portail du Vatican, qui diffuse en permanence des images de la place Saint-Pierre sur laquelle tourne en permanence une caméra. La caméra bascule sur les interventions du pape ou les évènements du Vatican lorsqu'ils ont lieu. 


Capture d'écran réalisée sur Twitter le 11/01/2021

Or, on aperçoit tout de même des lumières au fond. L'obscurité de l'image ne semble pas due à une coupure de courant, mais plutôt à un manque d'exposition de la caméra du Vatican, comme l'a relevé le compte Twitter Fake investigation. 

Certains internautes ont par ailleurs démenti la rumeur d'une coupure d'électricité, comme l'auteur du blog "The Catholic Traveller" qui écrit dans un article publié le 10 janvier 2021 : "J'ai regardé par la fenêtre (je peux voir le Vatican depuis mon appartement), les lumières étaient allumées. Pas de fusillade. Pas de police. Les voitures allaient et venaient comme d'habitude un dimanche matin d'hiver."

Cette rumeur infondée intervient alors que le pape a annoncé samedi 9 janvier qu'il se ferait vacciner dans le courant de la semaine. Le début de la campagne de vaccination dans plusieurs pays a donné lieu à de nombreuses fausses informations, vérifiées ici et ici par l'AFP. 

Ce n'est pas la première fois que le pape est la cible de fausses informations. En novembre dernier, une vidéo censée prouver que le pape aurait voulu "réécrire la Bible" car Dieu se serait "trompé" sur l'homosexualité avait déjà été vérifiée par l'AFP.

Edit 12/01/2021: Ajoute éléments de contexte sur la mouvance QAnon et annonce de Twitter de suspendre 70.000 comptes

Vos réactions doivent respecter nos CGU.