Rien ne prouve l'authenticité de cette citation attribuée à Vladimir Poutine

Rien ne prouve l'authenticité de cette citation attribuée à Vladimir Poutine

, publié le mercredi 30 septembre 2020 à 18h39

Des publications partagées plusieurs centaines de milliers de fois depuis novembre 2018 et encore relayée en septembre 2020 attribuent au président russe Vladimir Poutine des propos critiques au sujet du continent africain. D'autres versions de ce même texte, cette fois concernant le Pakistan et l'Afghanistan, circulent également depuis au moins fin novembre 2018. Ces affirmations sont infondées : il n'existe aucune trace de tels propos de Vladimir Poutine.

"Quand un Africain devient riche, ses comptes bancaires sont en Suisse. Il se soigne en France. Il investit en Allemagne", commence le texte, diffusé dans une publication partagée plus de 500 fois depuis début septembre.

S'ensuit une énumération qui affirme que la population du continent africain vit surtout sur les autres continents et ne revient en Afrique que pour y être enterrée.

"L'Afrique n'est qu'un cimetière pour l'Africain. Comment développer un cimetière ?", conclut le texte, qui attribue ces propos à Vladimir Poutine.


Capture d'écran d'une publication Facebook prise le 25 septembre 2020.


En recherchant d'autres publications similaires sur l'outil d'analyse des réseaux sociaux CrowdTangle, on remarque que cette citation circule abondamment sur Facebook depuis mi-novembre 2018 dans des publications en français (1, 2, 3, 4...) et en anglais (1, 2, 3, 4...) qui refont régulièrement surface.

L'une d'entre elles, en français, a même été partagée plus de 112.000 fois depuis sa diffusion le 5 mars 2019. Elle était encore relayée le 30 septembre.


Capture d'écran d'une publication Facebook prise le 1er octobre 2020.

Il n'existe aucune preuve permettant de corroborer ces propos, qui ont tout d'une rumeur virale.

Ces déclarations, qui circulent depuis près de deux ans sans avoir jamais été sourcées, ont été déclinées quelques jours après les premières publications évoquant l'Afrique pour les appliquer à deux autres pays,  le Pakistan (1, 2, 3, 4) et l'Afghanistan (1, 2, 3).

Des publications qui ressurgissent régulièrement 

Ces publications émergent régulièrement sur Facebook depuis novembre 2018.

Une recherche sur CrowdTangle avec les mots "Poutine cimetière Afrique" révèle des "pics" de viralité réguliers pour les publications en français : en novembre 2018, mars 2019, fin juillet-début août 2019, janvier 2020, mars 2020 et enfin septembre 2020.


Capture d'écran de l'outil d'analyse CrowdTangle prise le 30 septembre 2020.



En anglais, les "pics" de viralité ont été observés en novembre 2018 (en même temps que les publications francophones), puis en juin 2019 et août 2020.


Capture d'écran de l'outil d'analyse CrowdTangle prise le 30 septembre 2020.

Les publications évoquant le Pakistan au lieu de l'Afrique ont été plus partagées en novembre 2018, janvier 2020 et mai 2020.

Celles concernant l'Afghanistan étaient beaucoup moins virales et sont apparues en novembre 2018 et mai 2019. 

Aucune trace de telles déclarations  

L'AFP n'a trouvé aucune déclaration similaire de Vladimir Poutine ni sur le moteur de recherche Google, ni dans les communications officielles du Kremlin, ni dans les dépêches des principales agences d'information russes.

Ces publications ont également été démenties en 2019 par plusieurs sites russes.

Un politologue russe pro-Kremlin, Rouslan Ostachko, avait ainsi dénoncé "une confiance" aveugle des internautes aux publications dans les réseaux sociaux.

"Tant que notre société fait confiance aux informations publiées par les réseaux sociaux, les fake news sur Poutine qui considère l'Afrique comme un cimetière ne cesseront pas", estimait M. Ostachko sur le site de l'agence russe Ria Fan.

Cette agence est présentée par le site de surveillance Conspiracy Watch comme "une émanation de l'Internet Research Agency, une 'usine à trolls' financée par le Kremlin".

Plusieurs autres sites en anglais et en français ont également vérifié ces déclarations, sans en trouver l'origine (1, 2, 3).

L'une des plus récentes déclarations de Vladimir Poutine au sujet de l'Afrique retrouvée sur internet date d'octobre 2019, lors du premier sommet Russie-Afrique, comme le relatait l'AFP dans cette dépêche.

Le président russe avait alors déclaré que cette première rencontre ouvrait "une nouvelle page" pour la coopération entre Moscou et le continent africain et que les pays de la région et la Russie "sur la plupart des secteurs à l'ordre du jour sur la scène internationale, sont proches ou au moins convergents".


Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours en session plénière lors du sommet Russie-Afrique à Sotchi le 23 octobre 2019. (AFP / Mikhail Metzel)

L'AFP a également croisé les dates des différents pics de viralité des publications en français comme en anglais avec l'agenda officiel de Vladimir Poutine, consultable en anglais sur le site internet du Kremlin.

Aucun des moments où les publications ont recommencé à circuler massivement ne correspond à une déclaration au sujet de l'Afrique ou à une visite de Vladimir Poutine sur le continent. 

Novembre 2018
La première publication consultable à ce jour en ligne, selon l'outil CrowdTangle, a été postée le 14 novembre à 14h33 (heure de Paris) et a été partagée 16.300 fois depuis. 


Capture d'écran de l'outil d'analyse CrowdTangle prise le 30 septembre 2020.

En anglais, les premières publications sont apparues le même jour et sont vite devenues virales.


Capture d'écran de l'outil d'analyse Crowdtangle prise le 30 septembre 2020.



Le 14 novembre 2018, Vladimir Poutine participait à un sommet qui rassemblait la Russie et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) et au 13e sommet de l'Asie orientale à Singapour.

Aucun membre de gouvernement ou président africain n'était présent et le président russe n'a fait aucune déclaration publique au sujet de l'Afrique.

 Mars 2019
Début mars 2019, quelques publications en français recommencent à faire circuler la rumeur. Les seuls événements inscrits à l'agenda du chef d'Etat au tout début du mois concernaient des affaires intérieures (un voyage à Krasnoïarsk et un autre en Ossétie du Sud). 

 Juin, juillet et août 2019
Comme pour mars, le regain de viralité des publications en anglais et en français en juin et juillet 2019 ne correspond à aucune déclaration ou déplacement de Vladimir Poutine à l'étranger : le président russe a voyagé au Kirghizstan, au Tadjikistan, au Japon, au Belarus et en Italie, mais dans aucun pays africain. 

En août 2019, Vladimir Poutine s'est déplacé en France, en Finlande, en Turquie, mais avait aussi reçu à Moscou Filipe Nyusi, le président du Mozambique, pour la première fois depuis 1987 comme l'expliquait cette dépêche.

La rencontre avait été l'occasion pour les chefs d'Etat de signer plusieurs accords, mais aucune déclaration de la part du président russe au sujet du continent africain n'avait été relevée par la presse à l'époque. 

 Janvier et mars 2020
Le 7 janvier, une publication en français partagée plus de 1.300 fois depuis reprenait cette citation attribuée à Poutine. Selon l'agenda officiel du chef d'Etat russe, aucune visite et aucun voyage en lien avec le continent africain et pouvant donner lieu à de telles déclarations n'ont été effectués. Même situation pour le pic de viralité de cette affirmation en mars (1, 2). 

​Août 2020
Deux publications (1, 2) en anglais relaient encore les citations attribuées à Vladimir Poutine début août, sans que celles-ci ne correspondent à un quelconque événement inscrit à l'agenda du Kremlin : Vladimir Poutine n'a selon celui-ci assisté à aucune rencontre diplomatique entre le 30 juin et le 26 août. 

 Septembre 2020
Enfin, deux publications virales en français (1, 2) ont récemment remis ces allégations au goût du jour. Lorsqu'on consulte l'agenda de Vladimir Poutine, les dates auxquelles ces publications ont été partagées ne correspondent à aucun événement pertinent auquel le chef d'Etat russe aurait participé. 

Concernant les publications évoquant le Pakistan, aucune visite diplomatique ou échange officiel avec les autorités pakistanaises dans les périodes précédant la publication de ces allégations sur Facebook n'étaient alors inscrits à l'agenda du chef d'Etat russe.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.