Non, les masques respiratoires ne sont pas néfastes pour l'hygiène bucco-dentaire

Non, les masques respiratoires ne sont pas néfastes pour l'hygiène bucco-dentaire

, publié le lundi 28 septembre 2020 à 12h17

Des articles relayés des centaines de fois sur les réseaux sociaux depuis le 19 septembre affirment que le port du masque est dangereux pour les dents et les gencives. C'est faux, expliquent à l'AFP des spécialistes.

"Les dentistes préviennent que les maladies des gencives et les caries dentaires ont augmenté de 50% depuis le début du port obligatoire du masque", assurent plusieurs publications en français (1,2,3).


(Capture d'écran du site Réseau International réalisée le 28 septembre 2020)

"C'est faux. Nous n'avons rien remarqué de tel en France", a expliqué à l'AFP Christophe Lequart, porte-parole de l'Union française pour la Santé Bucco-Dentaire (UFSBD), joint par téléphone le 28 septembre.

Et pour cause, les deux dentistes cités dans ces articles sont new-yorkais. Les publications sont en fait des traductions d'un billet de blog américain publié le 2 septembre dernier.

Dans ce billet de blog, on peut lire le témoignage de Robert Raimondi, un dentiste de Manhattan, qui aurait constaté "une inflammation des gencives chez des patients qui sont en bonne santé depuis toujours et des caries chez des personnes qui n'en ont jamais eues auparavant".

Des problèmes qu'il impute au port du masque, tout comme son confrère Marc Sclafani, qui s'inquiète lui du fait que le port du masque pousse les gens à respirer par la bouche plutôt que par le nez.

Selon lui, "la respiration par la bouche provoque la sécheresse de la bouche, ce qui entraîne une diminution de la salive qui combat les bactéries et nettoie vos dents".

S'appuyant sur ces deux citations, le billet de blog cherche à dissuader les lecteurs de porter des masques de protection, comme de nombreuses autres publications virales ces derniers mois.

"Il devient clair que forcer les individus (...) à porter les masques où qu'ils aillent causent également des dommages et coûtent en fait des vies", peut-on par exemple lire dans l'article.

"On mélange tout"

"C'est un vrai texte de complotiste. On part de vérités scientifiques, on mélange tout et on aménage à sa guise pour justifier un agenda politique", a estimé Christophe Lequart.

C'est vrai, "la salive a un rôle protecteur vis-à-vis des dents : elle limite la formation des caries car elle neutralise les acides qui se forment dans la bouche après la prise alimentaire", a expliqué le chirurgien-dentiste.

"Elle protège également les gencives qui, quand elles ne sont pas correctement hydratées sont plus exposées à une inflammation (ou gingivite, NDLR)", a-t-il ajouté.

Mais "en aucun cas le masque ne va diminuer la quantité de salive fabriquée par l'organisme", selon M. Lequart, qui affirme n'avoir reçu "aucun patient avec davantage de caries" à cause du port obligatoire.

"La seule incidence réelle, c'est une moins bonne hydratation de la bouche puisque si on porte le masque on pense moins souvent à boire", a-t-il noté.

"Cela peut effectivement entraîner cette sensation de mauvaise haleine qui est la même que celle que l'on peut avoir le matin au réveil", a reconnu le porte-parole de l'UFSBD. 

Il encourage par conséquent à boire de l'eau régulièrement, si l'on est amené à porter le masque de manière prolongée. 

André Shenouda, président de l'Association des Parodontistes du Québec, a lui estimé auprès de l'AFP le 29 septembre qu'il "est plus difficile pour certaines personnes de respirer par le nez en portant un masque".

"Chez certaines personnes, la respiration buccale peut amener une certaine sécheresse", a-t-il concédé tout en ajoutant que "si quelqu'un a véritablement une sécheresse dentaire quand il porte le masque, dès qu'il l'enlève, ses glandes salivaires compenseront rapidement".

"Comme dentiste, je passe environ 8 heures par jour à porter un masque chirurgical, d'ailleurs, comme tous mes collègues dentistes, hygiénistes, assistantes dentaires, infirmières, chirurgiens... Nous le faisions déjà avant la pandémie et il n'a jamais été démontré que les travailleurs de la santé qui portent des masques plusieurs heures par jour depuis des années sont à plus haut risque d'avoir des caries ou des maladies parodontales", a-t-il enfin relevé.

Grignotage, stress : les effets collatéraux de la pandémie

Contrairement au masque, la pandémie, elle, a bien eu des effets néfastes sur notre hygiène bucco-dentaire, selon l'UFSBD.

"Pendant la phase de confinement, il y a eu une augmentation du grignotage : les gens étaient inactifs, ils mangeaient plus régulièrement", a observé le porte-parole de l'association. 

Cela a pu "multiplier les attaques acides en bouche et va créer des lésions sur l'émail des dents... synonymes hélas de caries à court et moyen termes", a ainsi noté l'UFSBD dans un communiqué du 20 mars, qui encourage à éviter cette pratique alimentaire.

Enfin, "le stress fait qu'on a eu un peu plus de douleurs au niveau des articulations de la mâchoire et de fractures sur certaines dents", selon Christophe Lequart, avec notamment des cas de bruxisme (grincement et/ou serrement des dents).

"Le stress lui-même réduit la quantité et la qualité de la salive. Il contribue aussi à dérégler le système immunitaire ce qui permettra aux bactéries causant les maladies de gencive de causer plus de dommages via une inflammation trop prononcée", a ajouté André Shenouda.

Edit du 29 septembre : ajout témoignage André Shenouda

Vos réactions doivent respecter nos CGU.