Non, le fait d'avoir des parents étrangers n'empêcherait pas la sénatrice américaine Kamala Harris d'être présidente

Non, le fait d'avoir des parents étrangers n'empêcherait pas la sénatrice américaine Kamala Harris d'être présidente

, publié le vendredi 14 août 2020 à 17h05

Des publications, partagées plusieurs milliers de fois sur les réseaux sociaux, affirment que la sénatrice Kamala Harris, récemment nommée colistière par le candidat démocrate pour la présidentielle Joe Biden, ne pourrait devenir un jour présidente car ses parents ne sont pas Américains. C'est faux. Etant née sur le territoire des Etats-Unis, elle est autorisée par la Constitution à briguer un poste de vice-présidente ou de présidente.

"Si jamais le fou Joe (Biden) ne peut pas assurer tout son mandat, Kamala (Harris) ne peut pas devenir Présidente à cause de la Constitution" car "sa mère vient d'Inde, son père est Jamaïcain, et aucun d'entre eux n'était citoyen américain au moment de sa naissance", affirment ces publications. 


Capture d'écran Facebook prise le 10 août 2020

Interrogé jeudi 13 août lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche sur des "affirmations circulant sur les réseaux sociaux" concernant l'inéligibilité supposée de Mme Harris, le président républicain a répondu : "J'ai entendu aujourd'hui qu'elle ne remplit pas les conditions" légales requises pour être vice-présidente.

"Et d'ailleurs, l'avocat qui a écrit cela est un avocat très qualifié, très talentueux. Je ne sais pas du tout si c'est exact", a poursuivi M. Trump. "J'aurais pensé que les démocrates auraient vérifié cela avant qu'elle ne soit choisie pour se présenter comme vice-présidente".

Joe Biden, s'il était élu président des Etats-Unis lors de l'élection du 3 novembre, serait à quelques jours de fêter son 78e anniversaire.

Le choix de sa vice-présidente est d'autant plus important que c'est cette dernière qui lui succèderait au poste de président en cas, entre autres, de décès ou de destitution.

Née aux Etats-Unis

Il est vrai que le père de Kamala Harris, Donald Harris, est né en Jamaïque, et que sa mère, Shyamala Gopalan, est originaire du sud de l'Inde, comme la sénatrice démocrate l'a elle-même écrit dans son autobiographie.

Toutefois cela n'a aucune incidence sur son droit constitutionnel à remplir le rôle de président ou vice-président.

L'article 2, section 1 de la Constitution américaine dispose qu'"aucune personne, excepté un citoyen de naissance", ne peut être élligible à la présidence. Tous les candidats doivent également être âgés d'au moins 35 ans.

Au vu de ces dispositions, et d'un jugement de la Cour suprême américaine en 1898, "toute personne née sur le sol américain et soumise à sa juridiction est un citoyen de naissance, quelle que soit la nationalité de ses parents", soutient l'Institut de droit de Cornell. 

Kamala Harris a 55 ans et est née à Oakland en Californie.

Contrairement à ce que suggèrent ces publications Facebook, Kamala Harris ne pourrait d'ailleurs pas devenir vice-présidente si elle ne remplissait pas ces conditions.

David A. Super, professeur de droit et d'économie à l'unité de droit de l'université de Georgetown, explique qu' "aucune personne constitutionnellement inéligible au poste de Président, ne peut être élligible au poste de vice-président des Etats-Unis", au vu du 12e amendement à la Constitution. 

La publication Facebook a en revanche raison, lorsqu'elle explique que le ou la président(e) de la Chambre des représentants, - en ce moment la démocrate Nancy Pelosi-, est la troisième personne dans l'ordre de succession au poste de président des Etats-Unis. Le Congrès américain a déterminé dans un statut que cette situation pouvait intervenir en cas de "destitution, décès, démission ou inaptitude du président et du vice-président", selon David A. Super. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.